La crise sanitaire a quelque peu bouleversé les perspectives de formations des lycéens et des étudiants. Une enquête de l’IFOP pour Canévet et Associés a permis de prendre connaissance de leur état d’esprit après les deux mois de confinement. Même s’ils ne cèdent pas à la panique, ils sont en proie aux doutes quant au bon déroulement et à la réussite de leurs études supérieures.

Priorité aux formations plus proches

Dans le cadre de ce sondage, 1002 lycéens de terminale et étudiants ont été interrogés du 6 au 14 mai 2020. 43 % des interviewés restent optimistes au sujet de l'avenir en France. Le pessimisme a gagné du terrain (+ 2 points) par rapport à 2018 sur la même enquête, mais il ne doit pas être imputé à la crise actuelle. La moitié des sondés demeurent sereins quant à leur avenir professionnel, même s'ils étaient 70 % en 2018.

En matière d'orientation, 25 % des lycéens et étudiants interrogés reconnaissent avoir dû changer de filière, que ce soit sur Parcoursup (7 %) ou sur la hiérarchie des vœux (18 %).

ASSUREZ VOS ENFANTS CONTRE LES ACCIDENTS SCOLAIRES ET EXTRA-SCOLAIRES

Choisissez la formule d'assurance scolaire la plus adaptée à vos besoins parmi notre sélection d'offres.

9.90€/an par enfant*Prise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 500€ en cas de bris
*Voir les conditions de l'offre sur le site du partenaire
A partir de11.90€/anPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 600€ selon la formule
-20% pour la première adhésion en maternelle*
*Voir les conditions sur le site du partenaire

Pour choisir leur formation, le mot d'ordre pour les répondants est la proximité. Près des trois quarts d'entre eux (73 %) privilégient les lieux d'étude proches de leur domicile et 65 % les formations moins coûteuses. 45 % de ceux qui avaient prévu d'étudier à l'étranger renoncent à leur projet.

Inquiétude sur la poursuite des études

Près de deux tiers des sondés affirment que les conditions d'enseignement pendant la crise pourraient avoir une incidence négative sur la poursuite de leurs études. 42 % pensent que celles-ci impacteront négativement sur leur avenir professionnel, notamment les étudiants d'université (68 %).

57 % des répondants trouvent que les mesures visant à assurer la continuité pédagogique ont été efficaces. Ceux qui ne sont pas encore à l'université sont plus satisfaits (72 %) que ceux qui y poursuivent déjà leurs études (65 %).

Les étudiants ont toujours confiance en leur établissement

La plupart des étudiants et les lycéens sont plutôt confiants quant à la capacité des établissements à bien gérer la crise.

Les conditions de reprises suscitent quand même leur inquiétude notamment en ce qui concerne les conditions d'enseignement et d'apprentissage (64 %) et les conditions sanitaires (55 %).

Pour rappel, les dépenses de santé des étudiants infectés par la Covid-19 sont prises en charge par l'assurance scolaire.