Opinionway a réalisé une enquête pour Heyme afin de découvrir les retombées de la crise sanitaire sur les jeunes. D’après les résultats de cette étude, la pauvreté gagne du terrain chez les étudiants, ces derniers ayant perdu leurs petits boulots. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à faire appel à des associations d’aide alimentaire.

La précarité chez les jeunes est une problématique qui revient fréquemment depuis le début de la crise sanitaire. Et pour cause, la situation tend à empirer. En effet, la pauvreté gagne du terrain en France, à en croire les résultats d'une enquête menée par l'Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Opinionway a également réalisé une étude pour l'enseigne de mutuelle étudiant Heyme, visant à juger la situation des jeunes à l'heure actuelle.

Cette dernière enquête dénonce les trois principaux problèmes rencontrés par les étudiants : une détresse psychologique, une discrimination ou un harcèlement et enfin la précarité.

ASSUREZ VOS ENFANTS CONTRE LES ACCIDENTS SCOLAIRES ET EXTRA-SCOLAIRES

Choisissez la formule d'assurance scolaire la plus adaptée à vos besoins parmi notre sélection d'offres.

A partir de11.90€/anPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Harcèlement
Cyber-Harcèlement
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 600€ selon la formule
-20% pour la première adhésion en maternelle*
*Voir les conditions sur le site du partenaire
15€/an par enfantPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Harcèlement
Cyber-Harcèlement
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 500€ en cas de bris

Des jeunes sans emploi

Les jeunes ont été lourdement impactés par la crise sanitaire qui, force est de reconnaître, a grandement accentué leur précarité. À cause de la pandémie du covid-19, par exemple, les revenus de bon nombre d'étudiants ont chuté, car ils ont perdu soit leurs petits boulots, soit des stages rémunérés. De plus en plus de jeunes se retrouvent ainsi au chômage et arrivent difficilement à boucler leur fin de mois. Au troisième trimestre de l'année 2020, 21,8 % des jeunes âgés de 18 à 25 ans, soit 619.000 personnes, étaient sans emploi.

La précarité étudiante est d'autant plus inquiétante, compte tenu de l'augmentation du coût de l'alimentation. Sans oublier les restrictions sanitaires et la fermeture des restaurants universitaires et/ou cafeterias où les étudiants pouvaient auparavant s'alimenter à moindre prix. Ces derniers ne peuvent donc plus accéder à une restauration à tarification sociale et sont obligés d'acheter leur nourriture en grande surface.

Avec la perte d'une activité rémunérée, bon nombre d'estudiantins ont du mal à s'alimenter correctement. Ils sont alors de plus en plus nombreux à solliciter l'aide alimentaire et le revenu de solidarité active (RSA).

Des jeunes en proie au stress

Conséquence de la crise sanitaire, de plus en plus d'étudiants décident d'arrêter leurs études. Selon l'enquête d'Opinionway pour Heyme, un jeune sur six a dû arrêter ses études à la fin de l'année scolaire ou universitaire.

ASSUREZ VOS ENFANTS CONTRE LES ACCIDENTS SCOLAIRES ET EXTRA-SCOLAIRES

Choisissez la formule d'assurance scolaire la plus adaptée à vos besoins parmi notre sélection d'offres.

A partir de11.90€/anPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Harcèlement
Cyber-Harcèlement
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 600€ selon la formule
-20% pour la première adhésion en maternelle*
*Voir les conditions sur le site du partenaire
15€/an par enfantPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Harcèlement
Cyber-Harcèlement
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 500€ en cas de bris

Ils sont également nombreux à avoir renoncé à des soins médicaux. Toujours d'après l'étude d'Opinionway, un jeune sur trois a déclaré avoir renoncé au moins une fois à des soins depuis le début de la crise sanitaire. Pour lutter contre ces renoncements aux soins, Heyme compte proposer des téléconsultations gratuites à ses jeunes assurés.

La crise sanitaire aura également eu pour conséquence d'accentuer les addictions chez les étudiants. 31 % des sondés ont, en effet, indiqué que leur dépendance a augmenté, notamment pour ce qui est du tabagisme. La consommation d'alcool a progressé de 16 % chez les jeunes, tandis que celle des drogues a augmenté de 7 %. À savoir, les étudiants en proie à un important stress ou victimes de discrimination affichent un taux d'addictions plus accentué.