Au 23 mars dernier, près de deux milliards de personnes dans le monde ont été confinées en raison de la pandémie de Covid-19. Ainsi, environ un individu sur trois est obligé de rester dans son domicile jusqu’à la levée du dispositif sanitaire. Il s’agit ainsi d’une réelle opportunité pour lancer les voitures autonomes.

Pour l'instant, aucune garantie spécifique n'est prévue pour la couverture des voitures autonomes. Tout comparateur assurance auto en attestera. Ce projet soulève d'ailleurs de nombreuses problématiques, notamment concernant la responsabilité en cas d'accident. Néanmoins, la question ne devrait pas être rédhibitoire durant le confinement en raison de la réduction significative du trafic routier dans la plupart des pays appliquant ce dispositif.

Les spécialistes encouragent les pouvoirs publics à autoriser les tests en conditions réelles de véhicules autonomes durant la crise sanitaire actuelle. En effet, les rues sont presque désertes dans la plupart des grandes agglomérations. De plus, le déploiement de ces modèles peut permettre d'aider la population pendant la quarantaine.

Importante avancée de la technologie autonome

De nombreuses entreprises participent actuellement au développement de la voiture autonome à l'échelle internationale. L'avancement de ce projet varie sensiblement d'un constructeur à l'autre. Toutefois, les résultats de chaque acteur sont globalement prometteurs.


La filiale d'Alphabet, Waymo, a notamment parcouru deux millions de kilomètres avec son modèle sans chauffeur en 2018. Menés en Californie, les tests sur routes ont nécessité l'intervention de l'opérateur humain seulement tous les 18 000 km, contre 9 000 km l'année précédente. Le programme commence donc à évoluer de manière significative.

Par ailleurs, la société a donné libre accès à une partie de ses données depuis août 2019, à travers Waymo Open Dataset. Cette démarche permettra notamment d'accélérer le référencement du système embarqué. Ainsi, plus d'une cinquantaine d'entreprises californiennes contribuent désormais à son projet de véhicule sans chauffeur.

La France, de son côté, compte actuellement des modèles opérationnels, à l'image de la navette MIA développée à proximité de Lyon. La RATP travaille également sur un concept en la matière en collaboration avec la société Vedecom. PSA, en revanche, a arrêté son activité dans le domaine au niveau 3. Pour rappel, l'autonomie totale est atteinte au niveau 5.

En février 2019, les constructeurs allemands Daimler et BMW se sont associés pour développer un projet commun de modèle autonome. Volkswagen, pour sa part, prévoit de tester des bus et des combis autonomes au Qatar à l'horizon 2022.

Enfin, Toyota et Softbank œuvrent depuis l'an dernier sur des services innovants basé sur la voiture autonome au Japon, à travers Monet Technologies.

Les atouts des modèles autonomes durant la pandémie

En cette période de confinement, les véhicules autonomes peuvent par exemple permettre d'assurer la livraison des produits de première nécessité dans les zones urbaines, périurbaines ou même rurales. La voiture pourra notamment envoyer une notification au destinataire dès son arrivée pour récupérer son colis en bas de son immeuble.


Selon les experts, il est tout à fait possible d'aseptiser l'ensemble du processus depuis l'entrepôt jusqu'au lieu de livraison. De plus, certains modèles permettent de déployer ce système à grande échelle.

De manière plus générale, les véhicules sans chauffeur permettent de livrer un vaste panel de matériels indispensables comme les équipements de sécurité, de santé ou encore d'entretien. Cette solution contribue par ailleurs à résoudre les problèmes de logistique rencontrés par les professionnels durant le confinement. Elle aide également à étendre la plage horaire des livraisons pour tous les distributeurs.

Certaines grandes villes telles que Paris maintiennent un service minimum de transports collectifs pour assurer la mobilité du personnel indispensable (soignants, agents de sécurité, etc.). Toutefois, les trajets sont généralement plus longs que d'habitude en raison des mesures liées à la crise sanitaire.

Il s'agit d'une occasion unique pour lancer les véhicules autonomes sur les routes. En effet, ces voitures pourront récupérer puis déposer individuellement ces travailleurs essentiels à la Nation. De plus, leur sécurité sanitaire est d'emblée garantie par l'absence de conducteur. Néanmoins, le fournisseur de ce type de service peut aussi prendre des précautions supplémentaires, comme l'installation d'un dispositif de désinfection dans l'habitacle.