Le Covid-19 est toujours en train de sévir en Guadeloupe. En effet, le taux d’incidence demeure élevé et selon les statistiques officielles, le nombre de nouveaux cas continue de grimper. Jusqu’ici, l’épidémie a déjà tué plus d’un millier de personnes dans l’île.

L'année dernière, 731 personnes ont succombé à cette maladie et devant l'ampleur des pertes en vie humaine, les Guadeloupéens sont invités à suivre les consignes de leurs médecins.

La communauté scientifique incite les habitants à plus de vigilance

Face à la hausse du nombre de décès en Guadeloupe, les experts scientifiques dans le pays incitent les habitants à plus de vigilance. Cet appel s'adresse tout particulièrement aux personnes en surpoids ou qui souffrent de plusieurs pathologies, diabète ou d'hypertension artérielle. Ces dernières sont plus vulnérables face à l'attaque du coronavirus, surtout si elles ne sont pas vaccinées.

Il va sans dire que le décès prématuré d'un chef de famille suite à une maladie entraîne des conséquences financières sur ses proches. Grâce à l'assurance décès, ceux-ci pourront disposer d'un capital pouvant compenser la perte des revenus.

Le souscripteur verse une cotisation mensuelle, trimestrielle ou annuelle, dont le montant varie en fonction de l'âge et de l'état de santé de la personne, et du capital qu'il souhaite faire bénéficier à ses proches en cas de décès.

En principe, le contrat lui laisse la liberté de désigner le ou les bénéficiaires ou d'augmenter le capital.

Certains contrats offrent même des avantages significatifs : hausse de 100 % ou de 200 % du capital, voire plus, si le décès du souscripteur survient avant un certain âge.

Le capital peut être remis aux bénéficiaires en un seul versement ou sous forme de rente.

Le taux d'incidence à 521 pour 100 000 personnes

Les chiffres officiels ont révélé que le taux d'incidence reste élevé en Guadeloupe. En effet, ce taux est remonté à 521 pour 100 000 personnes.

L'autorité régionale de santé de l'île a ainsi décidé de restaurer les gestes barrières et d'encourager la population à se faire vacciner.

Néanmoins, la préfecture n'envisage pas l'application du pass vaccinal.