En raison de l’épidémie de coronavirus, les ventes de voitures neuves sur le marché européen en mars dernier ont fortement chuté par rapport à la même période en 2019. Le confinement a en effet entraîné la fermeture de nombreuses concessions sur le Vieux Continent. Par ailleurs, les acheteurs potentiels ont été affectés par les retombées économiques de la crise sanitaire.

En pleine pandémie de Covid-19, les Européens étaient de moins en moins nombreux à effectuer une comparaison assurance en prévision de l'achat d'un nouveau véhicule. Cette tendance découle notamment de la fermeture des points de vente des constructeurs dans les pays appliquant des mesures de confinement.

La France et l'Italie font partie des plus touchées d'après l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles). De manière plus générale, la demande sur le Vieux Continent a baissé de 25,6 % durant le premier trimestre 2020. Toutefois, la chute la plus marquée a été constatée en mars dernier, avec un recul de 55,1 % par rapport aux ventes enregistrées l'année précédente.

Un repli global en Europe

Durant le premier trimestre, les ventes de voitures neuves en Italie ont reculé de 35,5 %, avec 346 647 véhicules écoulés. Il s'agit d'ailleurs du marché le plus touché par la crise affectant actuellement le secteur automobile.


Cette tendance à la baisse est également perceptible dans d'autres pays européens comme la France (-34,1 %, avec 364 679 unités vendues) et l'Espagne (-31 %, avec 218 707 nouvelles immatriculations). L'Allemagne affiche une chute relativement moins grave, avec 701 362 livraisons, soit un recul de 20,3 % par rapport aux ventes de l'année dernière.

Toutefois, les replis les plus importants ont été enregistrés en mars dernier. Les ventes sur le marché italien se sont effondrées, avec une baisse de 85,4 % par rapport à la même période en 2019. Ainsi, le pays ne comptait plus que 28 326 véhicules neufs vendus sur ce mois.

L'Italie est suivie de la France et de l'Espagne, avec 37 644 ventes en tout, soit un repli de 69,3 %. Sur cette période, l'Allemagne est encore parvenue à limiter la dégringolade avec 215 119 nouvelles immatriculations, soit une baisse de 37,7 %.

Un contexte défavorable aux constructeurs français

Du côté des constructeurs français, les deux groupes PSA et Renault ont été les plus touchés par la crise. En effet, les ventes du mois de mars ont chuté de 68,1 % chez PSA, contre 64,7 % chez Renault. Ces chiffres sont notamment basés sur les ventes des différentes marques réunies au sein de chaque groupe. Ils ont ensuite été comparés aux résultats enregistrés sur la même période en 2019.


Les deux groupes sont ainsi les premières victimes de la baisse de 72,2 % constatée au niveau des services d'immatriculations français en mars 2020. Avec seulement 62 668 nouveaux enregistrements, il s'agit d'une régression significative par rapport au même mois l'année dernière. D'ailleurs, le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles) admet n'avoir jamais observé une chute aussi importante dans le secteur.

Les résultats catastrophiques du mois de mars ont évidemment entraîné un repli du marché automobile français pour le premier trimestre de cette année. La France se retrouve ainsi derrière l'Italie et devient le deuxième pays européen le plus affecté par la crise sanitaire et économique actuelle.