D’après le leader londonien de l’assurance Lloyd's of London, tous les acteurs du secteur dans le monde vont devoir faire face à des pertes cette année. Le montant total du déficit dépassera certainement les 200 milliards de dollars. Cette facture faramineuse englobe les dédommagements ainsi que l’effondrement du marché. Elle sera revue à la hausse si les mesures de confinement se prolongent.

Une situation aussi catastrophique que le 11 septembre

Pendant et après cette crise sanitaire, les assureurs pourraient être dans l'obligation de rembourser leurs adhérents touchés par la crise à hauteur de 107 milliards rien que pour les annulations d'évènements ou d'assurance sur les voyages. La diminution des investissements de portefeuille en bourse leur coûtera également environ 96 milliards.

Les responsables de chez Lloyd's of London affirment que l'incidence de la pandémie de la Covid-19 sur le secteur sera aussi désastreuse que les années où il a été confronté aux catastrophes naturelles comme l'ouragan Katrina et aux attentats du 11 septembre 2001.
Selon John Neal, le directeur général, la particularité de cette crise est qu'elle touche tous les domaines, aussi bien humain et social qu'économique.

L'assureur prévoit ainsi de verser 4,3 milliards de dollars d'indemnités à ses clients dans le monde. Cette note égalise presque celle du 11 septembre (4,7 milliards) ou des ouragans de 2017 (4,8 milliards).


Même constat chez les autres assureurs à l'instar de Zurich Insurance qui devrait dédommager ses clients à hauteur de 750 millions de dollars et de l'américain IAG qui a déjà épargné 419 millions de dollars au premier trimestre pour compenser les pertes liées au coronavirus.

Un scénario encore pire si le confinement se poursuit

La projection de Lloyd's of London table sur la préservation stricte des mesures de distanciation sociale durant tout le mois de juin et un relâchement graduel pendant le deuxième semestre.

L'opérateur britannique met en garde les différentes parties concernées par la gestion de cette crise contre le risque d'un impact encore plus dramatique si les mesures de confinement perdurent.

Le recours à la justice inévitable ?

Face à l'ampleur de la crise (explosion du chômage, des faillites...), les assurés, notamment les entreprises dont les produits ou services ne sont pas vitaux, ont du mal à se faire indemniser.

Pour rétablir la situation, le régulateur financier britannique (FCA) a tenu à rappeler à l'ordre les assureurs. Si ces derniers persistent à refuser de procéder aux dédommagements, ils pourraient faire face à des poursuites judiciaires.