Désertés en 2020 et 2021 pour cause de pandémie, les plages idylliques de Varadero et les quartiers historiques de La Havane se remplissent de nouveau. Ce rebond inespéré est le résultat de la politique d’ouverture entamée par Cuba, qui souhaite faire revenir les étrangers sur ses terres. Les autorités misent particulièrement sur les visiteurs russes.

Relativement épargné par l'épidémie de Covid-19, Cuba subit, malgré tout, la fermeture des frontières en Amérique du Nord et en Europe. Le nombre de touristes étrangers sur l'île a chuté à 1 million en 2020, soit quatre fois moins que l'année précédente.

Cette chute vertigineuse a asséché les réserves de devises étrangères du pays, déjà affaibli par l'embargo américain. L'économie en a beaucoup souffert, au point d'entrer en récession ces deux dernières années. Les pénuries se multiplient et concernent presque tous les produits de consommation essentiels, surtout les médicaments et la nourriture. En pleine crise, Cuba compte se ressaisir grâce au tourisme.


Le tourisme de masse comme bouée de sauvetage

En 2018, le tourisme constitue la deuxième source de revenus de Cuba. Ce secteur apporte 3,3 milliards de dollars à l'économie du pays, l'un des plus appréciés par les étrangers qui possèdent une assurance voyage et qui apprécient l'art de vivre des Caraïbes. À cause du Covid, l'île a perdu une grande partie des rentes du tourisme. Ce bouleversement a perturbé les réseaux de transport, tout en alimentant l'inflation. Les coupures de courant deviennent quasi quotidiennes, au point de pousser la population dans les rues.

Pour inverser la tendance, les autorités ont pris une décision radicale. Afin de contourner les sanctions américaines, elles ont autorisé les investisseurs étrangers – russes et chinois notamment – à opérer dans le commerce de détail et le commerce de gros. Ce changement devrait booster ses importations, qui lui assurent une grande partie de ses besoins vitaux. Cuba entend aussi «importer» une autre ressource importante : les touristes étrangers, surtout ceux qui viennent de Russie.

Les visiteurs russes constituent le principal contingent de touristes étrangers de l'île en 2020 et 2021. Pour attirer ces voyageurs, les liaisons annulées entre les deux pays devraient être rétablies d'ici l'hiver. Après les Russes, Cuba attend aussi beaucoup de vacanciers canadiens. Entre janvier et juillet, 258 896 touristes en provenance du Canada ont visité l'île. Si cette tendance continue, ce pays redeviendra la première source de visiteurs étrangers de Cuba dès cette année.

Le retour à un rythme relativement normal

Un quart des étrangers qui viennent à Cuba sont donc des Canadiens, un fait peu surprenant. Selon les chiffres de Statistiques Canada, la population canadienne a repris goût aux déplacements outre-mer cette année, avec 571 700 voyageurs internationaux à fin juin .

Près de la moitié de ces séjours a eu lieu à Cuba. En outre, la «Tierra Caliente» devrait aussi accueillir d'autres nationalités cette année, la situation sanitaire étant bien meilleure. Les responsables locaux visent 2,5 millions d'arrivées, loin des 4,2 millions de visiteurs de 2019. Jusqu'à fin juillet, 834 891 touristes ont séjourné sur l'île, selon l'Office national des statistiques.