Durant la dernière semaine de 2021, les ventes de masques FFP2 ont explosé dans les établissements de grande distribution. Dans cette période, ces derniers ont distribué pour 800 000 euros de ces protections. Cela représente 550 000 euros de plus que durant la semaine d’avant. Une différence qui résulte de la flambée des infections au variant Omicron en fin d’année.

Avec l'arrivée du variant Omicron, les Français semblent de plus en plus nombreux à se procurer des masques FFP2. Ces accessoires étaient autrefois réservés aux professionnels de santé, entre autres. Dans le même temps, la liste de supermarchés bradant les tarifs sur ces équipements s'élargit constamment. Des écarts pouvant être jusqu'à la moitié du prix ont été constatés comparativement aux prix dans les pharmacies.

Ainsi, les officines proposent les masques FFP2 entre 0,60 euro et 0,80 euro l'unité. Le 7 janvier dernier, Intermarché a indiqué commercialiser ces protections au même tarif que celui appliqué par ses fournisseurs. L'enseigne a ainsi prévu de les écouler à 0,23 euro.


2,5 millions de pièces écoulées dans la dernière semaine de 2021

Chez Carrefour, il faut seulement prévoir 1 centime d'euro supplémentaire. Leclerc, lui, en vend à 40 centimes d'euro. Des coûts qui pourront être remboursés plus facilement par les mutuelles santé. Pour en souscrire une, l'une des options envisageables consiste à passer par un comparateur assurance.

Dans les grandes surfaces, les achats de masques FFP2 ont fortement augmenté durant la semaine du 27 décembre 2021. Un phénomène observé notamment par l'entreprise NielsenIQ, spécialiste des études de marché. Comparé à la précédente, ils ont augmenté de trois fois.

Ainsi, les supermarchés ont écoulé en France pour 250 000 euros de ces dispositifs du 20 au 26 décembre 2021. Une semaine plus tard, ils en ont distribué pour 800 000 euros. La pièce est proposée aux environs de 0,35 euro dans les supermarchés. Ce volume traduit approximativement 2,5 millions de ces protections en forme de bec de canard écoulées au niveau national. À préciser que ce chiffre ne prend pas en considération ceux vendus dans les officines.

La demande s'amplifie partout dans l'Hexagone

Carrefour, à lui seul, prévoyait en distribuer 600 000 pièces durant les sept premiers jours de 2022. Comparée à la période précédant l'émergence d'Omicron, l'on remarque une multiplication par six.


Plus abordables, les masques chirurgicaux demeurent considérablement dominants en supermarchés. Les derniers jours de décembre 2021, ils ont totalisé 3,4 millions d'euros de ventes. Avec seulement 120 000 euros de produits écoulés au 31 décembre 2021, les variantes en tissus lavables attirent moins de clients.

Dans les pharmacies également, la distribution de masques FFP2 connaît une envolée importante. Une pharmacienne des Yvelines a déclaré qu'entre le 29 décembre et le 5 janvier, la demande a grimpé de 50 %. Le président de l'URPS Pharmaciens Île-de-France constate la même situation. Il affirme que la montée est notable et qu'il a manqué de prévoir un tel contexte dans ses stocks. Enfin, dans toute la France, la même tendance a été relevée.