Malgré ses effets néfastes sur le secteur des voyages d’affaires, la crise sanitaire liée au coronavirus a apporté quelques bienfaits. Elle a en effet entraîné un revirement de la politique de déplacements au sein des entreprises. Désormais, les travel managers feront plus attention, tant par rapport à la sécurité du voyage qu’à l’aspect financier.

Parmi les conséquences de la pandémie de Covid-19 figure l'arrêt des voyages d'affaires. Cela a conduit 62 % des sociétés à établir des mesures plus sûres. Aussi, de nouvelles procédures de validation de voyages ont été adoptées par 55 % d'entre elles. Cela suppose entre autres un affinement à court terme de leurs processus d'approbation et une sélection pointilleuse de leurs fournisseurs.

D'autres prévoient également des budgets plus adaptés à chaque situation. Ainsi, elles prennent en compte le retour sur investissement par rapport au coût total des déplacements. Sur ce point, une attestation d'assurance voyage prenant en charge la Covid-19 est désormais exigée dès l'arrivée dans certains pays.


Les effets bénéfiques qui découlent de la crise

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a beaucoup impacté le secteur du voyage. Une évolution du rôle que joue l'acheteur voyage est prévue afin d'y remédier. Désormais, les services de sécurité et de santé collaboreront étroitement avec les RH.

Le sens donné à un déplacement utile connaîtra par ailleurs une redéfinition. À côté, certaines entreprises mettent surtout l'accent sur la question de la compensation carbone. Ce qui les a incitées à se lancer dans la digitalisation.

Toutefois, il s'avère important de prendre en compte le coût des externalités causé par la multiplication des parcs informatiques. Cela suppose notamment d'étudier leurs conséquences environnementales. Ces dernières devront ensuite être comparées à celles des émissions carbones lors de voyages en avion.

Le tracking devient de plus en plus généralisé

Afin de veiller à la sécurité et à la santé des salariés, il convient de bien gérer les éventuels risques. Aussi les entreprises se voient-elles recourir à des outils de tracking en vue de l'accomplissement de cet objectif. Ceux-ci leur sont proposés par différentes TMC. Cela permet aux dirigeants des sociétés de suivre en temps et en heure leurs employés.

Les entreprises spécialisées dans la sécurité ne s'arrêtent toutefois pas à cette crise sanitaire. Selon un professionnel du secteur, elle a aussi entraîné le développement d'un sentiment de frustration contre le gouvernement. Cela résulte de la mauvaise gestion de l'épidémie par les responsables étatiques.


En outre, le même professionnel ne manque pas de constater les effets négatifs de la récession économique mondiale. Il mentionne notamment l'ascension de la criminalité et des troubles sociaux.

Qu'en est-il des agences de voyages et de l'hôtellerie ?

Selon les avis, les prix relatifs aux services dans ces deux secteurs observeront une hausse. Cela concernera surtout les nuitées pour les établissements hôteliers, et les vols pour les agences de voyages. Ce changement de politique leur permettra de combler les pertes de revenus occasionnées par l'épidémie de coronavirus. Les conséquences de cette augmentation sur les budgets voyages des entreprises restent cependant inconnues à l'heure actuelle.

D'autre part, les agences de voyages devront servir de partenaires aux travel managers, et les accompagner dans leurs missions. Un professionnel précise en outre qu'elles devront revoir leur mode de fonctionnement. Il préconise entre autres un modèle plus penché sur les offres de consulting par exemple.