Aux États-Unis, certaines régions sont fréquemment victimes d’inondations. En plus des dégâts matériels qu’elles occasionnent, ces catastrophes naturelles entrainent la fermeture de nombreuses écoles. Élèves et professeurs essaient de fuir ces zones, emmenant malheureusement avec eux certains financements primordiaux pour les établissements. Le peu d’aides restant s’étiole au fil des années.

Des milliers d'Américains vivent dans la précarité à cause des inondations

Après les fortes pluies, les crues des cours d'eau ou le passage d'ouragans et de cyclones, de nombreux Américains qui habitent dans les zones inondables n'ont d'autre choix que de quitter l'endroit où ils ont vécu. D'autres décident de rester parce qu'ils n'ont pas d'autre option. Mais tous, après les événements, font face à des difficultés financières qui les plongent dans la précarité.

Parmi les principales victimes, les enfants n'arrivent plus à suivre un cursus scolaire digne de ce nom, soit à cause des déménagements fréquents, soit tout simplement en raison de la pauvreté.

ASSUREZ VOS ENFANTS CONTRE LES ACCIDENTS SCOLAIRES ET EXTRA-SCOLAIRES

Choisissez la formule d'assurance scolaire la plus adaptée à vos besoins parmi notre sélection d'offres.

15€/an par enfantPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 500€ en cas de bris
A partir de11.90€/anPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 600€ selon la formule
-20% pour la première adhésion en maternelle*
*Voir les conditions sur le site du partenaire

En effet, ces zones inondables sont, la plupart du temps, désertées par les entreprises, d'où un taux de chômage élevé. Les parents ont parfois beaucoup de mal à faire face aux frais de scolarité ou à payer l'assurance scolaire. De nombreux enfants finissent ainsi par être déscolarisés.

Les enfants, ceux qui restent, se retrouvent généralement en échec scolaire ; leur environnement n'étant pas du tout propice à une bonne assimilation de l'enseignement.

Les professeurs déplorent le manque de concentration des élèves, lequel est souvent dû à leurs conditions de vie difficiles en dehors de l'école, plus qu'à un manque d'assiduité.

Des enseignants rapportent que pour certains enfants et adolescents, la venue à l'école est seulement motivée par la possibilité de manger un repas correct à la cantine.

Les écoles aussi survivent tant bien que mal

Non seulement les écoles situées en zone inondable souffrent d'un manque d'élèves, mais elles sont également confrontées à une pénurie d'enseignants.

Pour survivre, elles comptent essentiellement sur les subventions de l'État, mais ces dernières s'amenuisent de plus en plus, le gouvernement arguant un manque de rentabilité des établissements.

La baisse des effectifs dans ces écoles provoque un effet « dominos » sur les aides qu'elles reçoivent. Par exemple, à Hamburg dans l'Iowa, un lycée a vu partir 30 élèves, un fait qui fera perdre à l'établissement environ 200 000 dollars de subventions.