Dans la lutte contre la propagation du coronavirus, le gouvernement français a annoncé le maintien de la fermeture des remontées mécaniques. Néanmoins, quelques exceptions existent. Les mineurs membres de clubs et les moniteurs de formation font partie de ceux qui pourront emprunter ce moyen de transport. Concernant les professionnels lésés par cette décision, ils se verront accorder une aide.

Lors de son allocution du 26 novembre dernier, le Premier ministre français Jean Castex a abordé la question des stations de ski. Il a notamment annoncé leur ouverture pour les fêtes de fin d'année. Ce que le Journal officiel du 5 décembre dernier confirme dans un décret qui y est publié.

Cependant, les remontées mécaniques resteront fermées, sauf pour quelques dérogations. Cela concerne entre autres les mineurs adhérents à des clubs affiliés à la Fédération française de ski. Il en est de même pour les sportifs en formation, les moniteurs de formation, les personnels d'exploitation, etc. Ce qui devrait renforcer l'espoir pour les acteurs dans l'assurance ski.


Une indemnisation pour certains acteurs

La fermeture de ces installations a été décidée afin de limiter la propagation de la Covid-19. Ce qui a entraîné l'indignation des professionnels du secteur. L'un d'entre eux témoigne que les remontées mécaniques lui permettent de réaliser 20 % de son chiffre d'affaires annuel lors des fêtes de Noël. Et durant la saison hivernale, elles représentent 85 % de son revenu.

Parallèlement à cela, des mesures d'accompagnement ont été prévues pour soutenir les acteurs de la montagne. C'est ce qui a été annoncé par Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d'État au tourisme à la date du 5 décembre. Ainsi, les commerces et les saisonniers se verront octroyer une aide du gouvernement sous quelques conditions. Elle s'appliquera tant pour les acteurs du public que le privé.

Pour les saisonniers, seuls ceux qui ont été déjà recrutés l'an dernier sont concernés par cette indemnisation. De plus, leurs contrats de travail devront être reconduits. Enfin, ils bénéficieront d'un reste à charge zéro.

Certaines remontées mécaniques sont soumises à l'autorité des préfets

Le même décret prévoit également un fonctionnement des remontées mécaniques destinées au transport public de voyageurs. Celui-ci sera toutefois soumis au jugement des préfets selon la situation dans chaque collectivité.


Ainsi, différentes études ont été menées auprès de l'autorité compétente en vue de l'ouverture de certaines remontées mécaniques. Cela concerne entre autres les trains du Montenvers et du Mont-Blanc, ainsi que le téléphérique de l'aiguille du Midi.

Toutefois, le respect de la distanciation sociale est obligatoire à bord de ces moyens de transport. Quant au port du masque, il s'impose si plus d'une personne occupe le siège. Il en est de même si les usagers ne peuvent laisser aucune place vide entre eux.