Face à l’émergence de nouveaux concurrents sur le segment de l’assurance voyage, les compagnies traditionnelles revoient leur modèle : certaines d’entre elles ont opté pour la cession de cette activité, tandis que d’autres comme SPB ont choisi de faire l’acquisition de plateforme de courtage indépendant afin de consolider leur positionnement sur le marché.

Les stratégies diffèrent selon les assureurs

Les nouveaux acteurs du marché de l'assurance voyage sont principalement des courtiers travaillant en partenariat avec des professionnels du voyage (compagnies aériennes, plateformes en ligne spécialisées dans le domaine, start-up, etc.). Ils misent ainsi sur des tarifs compétitifs pour séduire la clientèle.

De leur côté, les acteurs traditionnels mettent en avant les conditions de prises en charge et les plafonds d'indemnisation.

En tout cas, pour trouver le contrat d'assurance de voyage le plus avantageux aussi bien en termes de coûts que de garanties, les souscripteurs doivent comparer les devis de différents assureurs avec l'aide d'un professionnel indépendant. Cette démarche permet d'accéder facilement aux meilleures offres du marché et de bénéficier d'une meilleure couverture pendant le voyage.

Un marché juteux qui séduit les connaisseurs

Le marché de l'assurance voyage est boosté par la croissance du tourisme. En effet, de plus en plus de personnes, incitées par les prix accessibles des billets et des séjours, n'hésitent pas à voyager à travers le monde.


Outre cela, les déplacements professionnels et les séjours à l'étranger imposés aux étudiants durant leurs cursus de formation, contribuent à soutenir le secteur.

Même si cette activité requiert une organisation efficace et une collaboration avec un réseau fiable de prestataires, elle est reconnue comme étant très lucrative : les marges de profit dégagées sont assez élevées.

Certains professionnels du secteur soulignent néanmoins une hausse significative du coût moyen des frais des soins à l'étranger.

Toutefois, l'activité est reconnue comme étant rentable avec un loss ratio (rapport de sinistre à prime) relativement faible.

Le marché pourrait ainsi compter de nouveaux acteurs dans les prochaines années.