Les Français se sont remis au vélo en 2020. Cela est lié aux mesures restrictives de la crise sanitaire. La filière est parvenue à profiter de la situation avec plus de 3 millions de modèles vendus. Avec la précommande des stocks, la tendance se poursuivra en 2021, et ce, malgré le manque de pièces détachées.

Pour les déplacements en ville durant les confinements, les Français se sont mis à pédaler. Ce nouvel engouement pour le vélo a permis aux fabricants d'écouler quelque 3,3 millions d'unités en 2020. Pourtant, il ne s'agit que de prévisions, car les chiffres officiels ne sortiront qu'en avril 2021.

Quoi qu'il en soit, la filière vélo française est en bonne voie et les commandes ne cessent d'augmenter. Cependant, la plupart des pièces nécessaires à l'assemblage d'un vélo sont importées. Aussi, les entreprises se tournent vers la réindustrialisation. La bicyclette étant devenue incontournable, une assurance vélo sera utile pour prévenir les vols et les frais de réparation.


Vers une relocalisation des chaines de production de pièces de vélo

Pour se fournir en cadres, en freins ou en dérailleurs, les fabricants de vélo français font appel aux entreprises asiatiques. Pourtant, le pays avait ses propres fournisseurs dans les années 1990 avec Motobécane, Gitane et Peugeot. Aujourd'hui, les séquelles de la crise sanitaire atteignent la filière. Les pièces se font rares et il est temps de penser à rétablir la Manufacture française du Cycle.

Bien que les marques françaises aient perdu leur notoriété en matière de pièces de vélo, des améliorations sont possibles. À Épinal, Moustache Bikes se focalise sur les vélos électriques. De leurs côtés, les vélos cargos de Douze Cycles commencent à faire parler d'eux en Bourgogne.

Pour Eovolt implanté dans le Rhône, il est temps de miser sur les vélos électriques pliants. À Dijon, l'expérience Center a été créée par les Cycles Lapierre. Les roues carbone font également la renommée de Corima dans la Drôme. Cité plus tôt, Gitane se spécialise dans la fabrication des Véligo d'IDF sur son site de Romilly-sur-Seine.

Le succès de la filière vélo en chiffres

En 2020, les fabricants et les revendeurs de vélo français ont connu un rebond inespéré. Pour Cyclelab, 147 millions d'euros de chiffre d'affaires ont été enregistrés en 2020, avec une croissance de 20 %. Pour Apesud Cycling, une hausse de 50 % de l'activité annuelle a été rapportée. Cette entreprise à succès collabore avec 1?800 boutiques en France. Elle confie que le stock de 2021 est déjà écoulé. Son cogérant, Olivier Paolucci, confirme un réel engouement pour les vélos électriques :

Nous avons doublé nos capacités d'achat et de commande chez nos fournisseurs, en passant de 12?000 en 2021 à 24?000 en 2022.

Pour Cyrpeo, une hausse de 20 % des ventes a été observée en 2020. Pour rester dans cette dynamique, l'enseigne a investi 800?000 euros pour se fournir en vélos. Ces derniers viendront constituer les stocks de ses magasins héraultais.

Au niveau du gouvernement, de nouvelles mesures ont été prises pour aider à l'acquisition et à la réparation de vélos. Pour ce qui est des infrastructures, les pistes cyclables de Montpellier devront être allongées de 170 kilomètres.