Une des commissions siégeant à l’Assemblée nationale présente un nouvel amendement qui stipule que les voitures lourdes feront l’objet d’un malus supplémentaire. C’est ce qui ressort de la consultation du projet de loi de finances 2020, alors même que le barème portant sur la taxe écologique sera durci. Nombre de véhicules familiaux pourront être impliqués.

D’après quelques membres de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire, le poids moyen des véhicules neufs en France s’est accru de 10 kg tous les ans, durant cinq décennies.

Causée par l’explosion des ventes de modèles SUV, cette tendance haussière annule les efforts entrepris pour contribuer à la réduction des émissions de gaz polluants en améliorant l’aérodynamique des voitures et le rendement de leurs moteurs.

D’ailleurs, les émissions de dioxyde de carbone n’ont pas reculé au cours de ces dernières années. C’est la raison pour laquelle les députés veulent pénaliser certains véhicules, dès lors que leur poids excède un certain seuil.


Les voitures qui pèsent aussi lourd que les SUV pourraient être pénalisées

Certains députés préconisent alors qu’un barème plus sévère soit mis en place en 2020, en ce qui concerne les émissions de CO2. Si l’amendement en question vient à être voté, le poids des voitures influera également sur le montant du malus à payer. Pour ces parlementaires, plus les véhicules sont lourds, plus ils rejettent de gaz polluants. Par ailleurs, leur fabrication nécessite la mobilisation d’une quantité plus importante de ressources naturelles.

Les députés proposent alors une taxe de 15 euros par kg, applicable aux automobiles pesant plus de 1 300 kg. À titre illustratif, un véhicule de 1,5 t sera donc taxé à 3 000 euros, outre le malus écologique. Les parlementaires fixent toutefois un plafond maximal de 10 000 euros pour ce qui est de la taxe relative au poids du véhicule. C’est ce que rapporte Autoactu, un quotidien consacré à la filière automobile.

Quelques assouplissements à la règle en faveur de certains véhicules électrifiés

La validation du projet de loi de finances pour 2020 impliquera la taxation des voitures en circulation dès 110 g de CO2 émis par km, contre 117 g actuellement. Par ailleurs, le montant de la taxe y afférente s’accroîtra plus rapidement qu’auparavant. Ces dispositions seront-elles entérinées ? Quoi qu’il en soit, les compagnies d’assurance pourraient s’y référer pour fixer leurs tarifs.


Concernant les conducteurs de voitures électriques, plus lourdes que les autres véhicules, le système de taxation diffère légèrement. Seront concernés les véhicules qui pèsent 1 700 kg au moins, ce qui inclut par exemple les Mercedes EQC ou les Audi e-tron.

L’idée serait de continuer à promouvoir la circulation des citadines électriques ou à double motorisation rechargeable, dès lors qu’elles émettent moins de 60 g de CO2 par km. Quant aux voitures familiales, une taxe devrait être prélevée dès 1 600 kg.