Une étude réalisée par AAA DATA permet de mieux comprendre les habitudes de consommation des Français en matière d’automobiles. Elle dénote l’évolution de leurs besoins. Par ailleurs, l’expert des données augmentées ne manque de mentionner comment la crise sanitaire a impacté leurs comportements. Il en résulte une prédilection pour la mobilité verte et les véhicules d’occasion.

Réussir à comprendre les besoins des clients représente un défi de taille pour les acteurs de l'automobile. Il faut dire qu'ils ne cessent d'évoluer. Or, les études réalisées jusqu'à présent s'intéressaient davantage aux données des ventes. Elles ne prenaient pas en compte leurs comportements d'achat.

Afin d'aider les entreprises de l'automobile à renouer avec leur clientèle, AAA DATA a mené sa propre analyse. Celle-ci s'est portée sur les habitudes de consommation des automobilistes français. Après avoir examiné les données d'achat pendant 15 ans, l'expert est parvenu à dégager 10 profils différents. Des informations qui pourront servir aux industriels ainsi qu'aux compagnies d'assurance automobile.


Un penchant pour la mobilité verte

À l'issue de son analyse, AAA DATA distingue les catégories de clients suivantes :

  • Les Primary Needs ;
  • Les Low Budget ;
  • Les Conservative ;
  • Les Easy Moving ;
  • Les Opportunist ;
  • Les Renter ;
  • Les Hedonist ;
  • Regular Consumer ;
  • Les Middle Class ;
  • Les Settled.

L'étude révèle un fort attrait pour les SUV, tous segments confondus. L'intérêt pour ce type de véhicule a augmenté de 0,7 point cette année.

Par ailleurs, les consommateurs se préoccupent davantage des questions environnementales. Leur comportement le dénote, en particulier après le premier confinement. Cela se constate principalement chez les Easy Moving dont les émissions de CO2 sont en baisse. Elles sont à 129 g en 2020, contre 132 g l'année dernière. Ce qui représente une baisse de 3 grammes.

Pour les Renters et les Conservatives, l'étude démontre une montée en gamme dans leurs choix. En revanche, chez certaines catégories, à l'instar des Middle Class, le budget reste déterminant pour l'achat. Ainsi, elles s'orientent vers des véhicules d'occasion récents, voire des voitures d'entrée de gamme. Cette année, 37 % des achats chez les Middle Class sont constitués par une entrée de gamme. Le chiffre était à 34 % l'année dernière.

Le véhicule, un outil du quotidien

Les motorisations alternatives n'intéressent que 5 % des Hedonist, une catégorie composée à 76 % d'acheteurs de sexe masculin, âgés de 56 ans en moyenne. Ces derniers préfèrent les voitures d'occasion, qui représentent 54 % de leurs achats. Dans 37 % des cas, ils choisissent des berlines, contre 33 % de SUV et de tous-terrains. Ils gardent leur véhicule pendant 11 ans en moyenne. 63 % d'entre eux utilisent un moteur Diesel, contre 32 % à essence.


Une autre catégorie, les Primary Needs, fait partie des plus gros consommateurs de véhicules d'occasion. Ils constituent 100 % de leurs achats, dont 86 % sont des berlines. La motorisation à essence domine (57 % des véhicules achetés contre 43 % de Diesel). Pour eux, le véhicule est un moyen de transport utile au quotidien.

Cette étude a été réalisée à l'aide d'un outil développé par AAA DATA, appelé Overview. Un autre sondage a été réalisé en mai 2020, après le premier confinement. Il en sort que la crise sanitaire a eu des répercussions sur les habitudes des Français.

Les véhicules d'occasion et les deux-roues ont particulièrement du succès. En outre, les transports en commun sont délaissés au profit des véhicules individuels, par peur des risques de contamination. L'analyse démontre également un développement de la mobilité verte.