Une recherche expérimentale a permis de démontrer les bienfaits de l’action des insectes sur les fruits et les légumes. En s’attaquant à leurs feuilles, ils déclenchent une augmentation des antioxydants, ce qui les rend meilleurs pour la santé. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par des scientifiques du Texas A&M AgriLife Research.

Afin de prévenir l’apparition de nombreuses pathologies dont les maladies neurodégénératives et le cancer, il est recommandé de consommer des aliments contenant des antioxydants. Ces derniers servent aussi à lutter contre les radicaux libres. Une telle protection peut être cumulée avec la souscription d’une assurance blessure. Parmi les produits concernés figurent les fruits et les légumes.

Des chercheurs du Texas ont pris position sur une controverse qui date de plusieurs années. Elle porte sur la quantité de phytonutriments contenus dans les produits issus de l’agriculture biologique par rapport à ceux qui ne le sont pas. Les spécialistes montrent également comment les fruits et les légumes deviennent plus sains pour la consommation.

Les produits biologiques renferment-ils davantage de vertus nutritionnelles ?

La différence d’apports nutritionnels entre les produits issus de l’agriculture biologique et ceux cultivés selon la méthode conventionnelle a longtemps alimenté les débats. L’équipe du Texas A&M AgriLife Research a apporté des éléments de réponse.


En 2014, une analyse de 346 publications a permis de constater que les produits biologiques étaient plus concentrés en antioxydants (18 % à 69 %). Il peut s’agir aussi bien de céréales que de fruits ou de légumes. Luis Cisneros-Zevallos, un chercheur en agroalimentaire faisant partie du Texas A&M AgriLife Research, a alors déclaré :

Notre équipe a élucidé une controverse qui était une question ouverte depuis de nombreuses années.

En effet, en 2009, une méta-analyse similaire regroupant 46 études affirmait que la consommation de produits biologiques n’apportait pas de suppléments nutritionnels. Le constat en question a été établi par la Food Standard Agency en Angleterre.

Les fruits et légumes attaqués par les insectes contiennent plus d’antioxydants

L’équipe de chercheurs a également prouvé que lorsque les insectes s’en prennent aux feuilles des fruits et des légumes, celles-ci produisent davantage de substances antioxydantes. Luis Cisneros-Zevallos explique :

Les réponses au stress créées dans les fruits et légumes ont déclenché une augmentation des composés antioxydants avant la récolte, ce qui peut les rendre plus sains pour la consommation humaine.

En observant les résultats de ce rapport, les Français seront-ils prêts à reconsidérer les produits qui ont été grignotés par des insectes ? Outre les polyphénols et le bêta-carotène présents dans les carottes et les mangues, certains aliments contiennent de la vitamine C. Tel est le cas des agrumes et de la fraise. Quant à la vitamine E, elle peut être retrouvée dans les noisettes ou les amandes.