Ils estiment que le coût de leurs études est trop cher, sachant que les cours sont désormais proposés en distanciel. Ces étudiants sont issus de plusieurs écoles de commerce en France. Ils souhaitent un remboursement d’au moins une partie de leurs frais de scolarité. La Conférence des Grandes Écoles (CGE) n’est pas du même avis.

Le texte, publié sur Internet, s'adresse au ministère de l'Enseignement Supérieur et aux directions des écoles de commerce en France. Il réclame un remboursement des frais de scolarité, compte tenu de la situation actuelle.

En raison de la pandémie, les élèves n'ont d'autres choix que de suivre les cours à distance. Cela a déjà été le cas en mars et en avril derniers. Pour eux, les frais de scolarité sont donc chers.

Une pétition a été lancée en ligne. À ce stade, les directions des écoles restent l'unique recours. En effet, l'assurance scolaire couvre uniquement les frais médicaux et les indemnisations pour vol ou dommages causés à autrui.


Un geste attendu de la part des directions des écoles

Les étudiants font certainement partie de ceux qui subissent les conséquences de la pandémie. Afin de réduire les risques de contamination et de propagation du virus, les établissements proposent désormais des cours en distanciel.

Un fonctionnement qui fait naître des tensions. Elles concernent notamment les frais de scolarité, jugés trop élevés au vu du contexte. Un point de vue partagé par les parents, qui attendent également un geste de la part des directions des écoles.

En effet, certains élèves auraient payé jusqu'à 14 000 euros, qu'ils estiment chers pour des cours à distance. À cela s'ajoutent les loyers payés pour les appartements loués près des écoles. De plus, selon eux, le coût des études n'a cessé d'augmenter en France. La plupart se seraient ainsi engagés dans un prêt étudiant. Et finalement, les cours ne se déroulent pas comme prévu.

Des frais de plus de 10 000 euros par an

L'appel lancé semble résonner auprès des étudiants. Plus de 21 000 élèves ont déjà signé la pétition. Ils sont originaires de Lyon, Paris, Bordeaux ou Grenoble, et issus de différentes écoles de commerce. Plusieurs centaines de signatures ont été enregistrées en seulement deux jours, entre mercredi 25 et jeudi 26 novembre derniers. Le texte a également recueilli près de 5 000 commentaires.


Cependant, dans son communiqué, la Conférence des Grandes Écoles affirme n'avoir prévu aucun remboursement. À noter que cette requête est loin d'être la première. Fin octobre, un appel a déjà été lancé par des élèves inscrits à la Toulouse Business School.

Selon les signataires de cette pétition, une année peut leur coûter plus de 10 000 euros. Pourtant, avec l'enseignement à distance, la qualité des cours n'est pas toujours satisfaisante. Ils demandent donc le remboursement en urgence d'au moins une partie des frais payés.