Le gouvernement met la faible croissance de la mobilité électrique sur le compte des doutes que ressentent les habitants quant à l’intérêt d’avoir recours à cette solution. C’est la raison pour laquelle il a récemment mis en place le site « Je roule en électrique ». Les statistiques se relèveront-elles en informant et accompagnant mieux la population ?

Selon les chiffres officiels, la proportion de Français désireux d’acheter une voiture électrique ou à double motorisation n’a pas augmenté en 2019. Or, une progression tendancielle a été observée pendant quelques années.

Dans une visée pédagogique, les autorités entendent faire la promotion des solutions d’électromobilité qui peinent actuellement à gagner la confiance des consommateurs. La réticence de ces derniers est l’un des obstacles à la démocratisation de la voiture électrique.

Opérationnel depuis le lundi 28 octobre dernier, un portail a été créé afin d’éclairer les usagers de la route sur les avantages écologiques et économiques qui en découle.

Un site dédié aux récalcitrants et aux potentiels acquéreurs de modèles électriques

En consultant le portail « Je roule en électrique », les internautes découvriront maintes raisons pouvant les amener à se procurer un modèle électrifié et à combattre les idées reçues :

  • absence d’émissions de gaz polluants contrairement aux moteurs thermiques ; 
  • rentabilité de l’investissement à moyen terme (voire à court terme) grâce aux subventions accordées par l’État malgré un prix d’achat encore élevé
  • rapidité du temps de charge des batteries électriques ; 
  • accessibilité des batteries au niveau des stations dédiées à cet effet ou à domicile (hormis dans les espaces détenus en copropriété) ; 
  • amélioration de l’autonomie du dispositif de manière à faciliter les déplacements urbains.

Outre les réponses aux questions courantes sur les tenants et les aboutissants de la voiture électrique, une liste des bornes de recharge installées dans tout l’Hexagone y est renseignée. Quant aux futurs acquéreurs, ils peuvent accéder à un catalogue des modèles électrifiés et à un outil de simulation des aides financières pouvant être obtenues à l’achat.


Sensibiliser et persuader la masse pour atteindre les objectifs gouvernementaux

À la tête de l’Avere-France, qui est l’association nationale œuvrant pour le développement de la mobilité électrique, Joseph Beretta relate comment le site informatif a été conçu :

« Cet outil est le résultat du travail collectif de 25 entreprises et collectivités locales impliquées dans le développement d’une mobilité plus durable. Nous nous appuyons sur leur expertise et leurs connaissances du terrain pour répondre à toutes les questions que les Français se posent, tant sur l’achat, le financement, l’utilisation du véhicule que sur son impact environnemental ».

Le passage à l’électrification représente-t-il le moyen le plus judicieux de réduire à court terme le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère ? Permet-il de réaliser des économies sur le coût de l’assurance ? Une comparaison assurance peut être effectuée pour être fixé à ce sujet.

En tout cas, l’énergie utilisée se veut être renouvelable et le gouvernement continue de densifier le réseau. En parallèle, il espère qu’un million de véhicules écologiques seront mis en circulation d’ici 2022. Il prépare aussi la fin de la commercialisation des voitures à moteur thermique, prévue pour 2040.