Pour régler l’insuffisance de logements aux États-Unis, les promoteurs immobiliers ont massivement acheté des bureaux et des hôtels en 2021. Abandonnés par les touristes et les salariés travaillant à distance, ces immeubles seront voués à être renouvelés en appartements. Parmi ceux-ci figure entre autres The Wray, un bâtiment situé à Washington loué autrefois par le département d’État américain.

Aux États-Unis, la crise sanitaire a provoqué une inoccupation de plusieurs bureaux et hôtels. Tant les touristes manquent et des millions d'employés se sont mis à travailler à distance. Face à cette situation, les promoteurs immobiliers ont enchaîné en 2021 les achats de ces bâtiments pour les convertir en appartements. Ainsi, ils espèrent alléger la pénurie d'habitations sur le marché et modérer l'aggravation des prix. Un contexte observé surtout dans des communes telles que Washington où les loyers coûtent cher.

Tracy Hadden Loh chez Brookings Metro reconnaît qu'accroître l'offre détend la pression sur les prix. Néanmoins, elle souligne que cette stratégie ne résoudra pas la crise du logement.


Les promoteurs veulent faire renaître les centres-villes

La professionnelle y voit plutôt une issue en vue d'une revitalisation des secteurs comme les centres-villes. Des zones dans lesquelles les bureaux se révèlent actuellement très dominants. Les comparateurs assurance pour bâtiment peuvent notamment témoigner de cette prépondérance.

Dans ce cadre, au sein de la capitale américaine, les promoteurs prennent d'assaut les immeubles jadis loués par l'Exécutif fédéral. Il s'agit du premier employeur de la région. Parmi ces propriétés se trouve The Wray, un bien pris autrefois à bail par le département d'État.

Selon Tracy Hadden Loh, les loyers dans ces logements transformés s'avèrent habituellement onéreux . Pour cause, ils requièrent généralement des réhabilitations dispendieuses comme la mise en place de nouvelles salles de bains.

La cadre chez Brookings Metro remarque que les États-Unis grouillent de bureaux, dont un grand nombre datent d'une quarantaine d'années. Autrement dit, ils sont trop anciens pour séduire les sociétés. Ils ont été construits suivant des besoins qui ont maintenant évolué . Dans une entrevue avec l'AFP, Tracy Hadden Loh évoque l'exemple de la pièce conçue pour les chasseurs. Et de résumer :

Tout le bâtiment est obsolète.

La situation actuelle du marché exige la conversion

Le directeur des investissements chez Rose Associates, Marc Ehrlich, pense que ces projets de transformation de bureaux concernent d'habitude :

Des propriétés bien situées mais qui nécessitent une meilleure utilisation.

L'un des derniers travaux de sa société consistait à convertir en un lieu de vie un bureau jadis occupé par AT&T. Il s'agit d'une entreprise spécialisée dans la télécommunication. Selon le dirigeant, l'immeuble a peu de chance d'attirer des locataires commerciaux. La raison : il est privé de services, à l'instar d'un parking couvert. Toutefois, les nouveaux appartements abriteront des aires de coworking, puisque Marc Ehrlich prévoit que plusieurs locataires continuent à travailler à distance.

Dans ce contexte, le DG de Foulger-Pratt, Michael Abrams avance que l'action des promoteurs immobiliers est dictée par le marché. D'après lui, le recyclage des locaux professionnels en habitations :

[…] Crée plus de valeur que de les maintenir en tant qu'espaces de bureau.

Pour information, à Washington, son entreprise convertit en 255 appartements un bâtiment de 14 étages implanté sur New York Avenue.