Avec la nouvelle vague de contamination qui se confirme, de nombreux pays dans le monde redoublent de vigilance face au coronavirus. Pour le moment, la fermeture des frontières n’est pas envisagée. Cela n’empêche toutefois pas certains pays de durcir l’accès à leur territoire en exigeant aux voyageurs une assurance adéquate, en plus du test obligatoire prouvant qu’ils ne sont pas porteurs de la maladie.

Le contrat d'assurance, le nouveau sésame

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Malgré la deuxième vague de contaminations, certains pays continuent d'accueillir des étrangers sur leur sol. Toutefois, ils commencent à renforcer le protocole sanitaire pour les voyageurs.

Les pays comme le Brésil, Cuba, l'Équateur, le Costa Rica, Aruba, les îles Turques et Caïques, la Russie, l'Ukraine, Saint-Martin, le Liban, la Jordanie, la Chine, le Cambodge, le Népal, la Thaïlande, l'Afrique du Sud, l'Algérie, la Namibie et les Seychelles exigent désormais la présentation d'une assurance voyage en plus des habituels passeports et Visa.

En Israël, aux Émirats Arabes Unis, en Égypte et en Polynésie française, les autorités en sont encore à la simple recommandation.


Les pays de destination veulent s'assurer qu'en cas de contamination, les voyageurs soient pris en charge par leur compagnie d'assurance.

Le contrat doit couvrir :

• les frais médicaux ; • le rapatriement en cas de contamination.

Par contre, en cas d'une éventuelle mise en quarantaine (en attendant le rapatriement), les frais d'hébergement ne seront pas inclus dans la couverture.

De même, la compagnie d'assurance ne prendra pas en charge un retour anticipé si le voyageur n'a pas contracté le virus et que son rapatriement est seulement motivé par la crainte d'une contamination.

Le contrôle de la conformité des documents requis devra se faire avant même l'embarquement ou lors de la procédure de demande de visa.

Il ne faudra pas compter sur les banques

Même en disposant d'une carte bancaire couverte par une assurance, le voyageur ne pourra pas entrer dans l'un des pays cités ci-dessus s'il n'a pas souscrit à une assurance spécifique.

En effet, aucun établissement bancaire n'a pour le moment accepté de couvrir les frais médicaux inhérents à la contamination au coronavirus.

Il est important de noter que certaines compagnies aériennes proposent d'office une assurance voyage, ceci dans le but d'éviter autant que possible les annulations.