Les parents au volant sont prévoyants en France

Dans l’ensemble, les parents au volant ont tendance à privilégier les constructeurs français. Les pères et les mères préfèrent généralement Renault, suivi de Peugeot et de Citroën. Ils se distinguent toutefois au niveau de la distance parcourue par an. Les mères semblent en effet rouler sur une plus courte distance.

Les primes payées par les parents aux assureurs sont souvent inférieures à la moyenne nationale. Ce phénomène s’explique notamment par leur âge et leur grande prudence au volant. Ils n’ont plus le statut de conducteurs débutants et bénéficient ainsi d’une prime moins élevée. De plus, ces tarifs baissent en tenant compte de leur comportement sur la route.


Des conducteurs aguerris et fans de Renault

En moyenne, les pères dépensent 532 euros par an pour assurer leur auto, contre 550 euros pour les mères. Ces montants sont nettement en dessous de la prime moyenne en France, qui atteint les 615 euros. Les professionnels du secteur l’expliquent par le profil type de ces deux catégories d’assurés. Le plus souvent, ils ont dépassé l’âge d’être des débutants au volant.

D’autre part, les pères et les mères se distinguent par leur grande prudence sur les routes françaises. Ainsi, les assureurs les considèrent a priori comme de bons conducteurs. Ce statut est généralement confirmé par le faible nombre d’accidents déclarés par ces types d’assurés.

En matière de voiture, les pères et les mères préfèrent les marques françaises. Les premiers sont près de 19,7 % à choisir Renault. 16 % d’entre eux optent en revanche pour Peugeot et 11,2 % sont des inconditionnels de Citroën.

De leur côté, les mères sont de grandes fans de Renault. Elles sont plus de 22,5 % à avoir adopté cette marque. Peugeot se retrouve en seconde position, pour 17,5 % d’entre elles, suivi de Citroën, choisie par 13,2 % des conductrices.

Les pères sont généralement de grands rouleurs. 49 % effectuent moins de 10 000 km par an tandis que 46 % d’entre eux roulent de 10 000 à 25 000 km par an. Ils sont près de 5 % à dépasser les 25 000 km par an. Plus de la moitié des mères (soit 56 %) font moins de 10 000 km par an et 40 % des sondées ont en effectué 10 000 à 25 000 km/an. Elles sont seulement 4 % à rouler sur plus de 25 000 km en une année.


Des parents prudents sur les routes

Au volant et au quotidien, les pères comme les mères sont assez prudents par rapport à leurs assurances. Près de la moitié des parents français (46 % des pères et 48 % des mères) préfèrent souscrire un contrat tous risques pour bénéficier d’un maximum de protection. Ils sont réellement prévoyants pour leurs automobiles et leurs proches.

31 % des pères choisissent la formule au tiers tandis que 23 % d’entre eux optent pour la formule intermédiaire. De leurs côtés, les mères au volant sont 28,5 % à souscrire à la formule au tiers et 23,5 % d’entre elles ont préféré se tourner vers la formule intermédiaire.

Avec une moyenne de 0,65, les pères au volant se révèlent être des conducteurs prudents et bénéficient d’un meilleur coefficient de bonus-malus par rapport au niveau moyen en France (0,72). Les mères affichent également un coefficient inférieur à la moyenne nationale à travers leur bonus-malus de 0,69.

Par ailleurs, ces trois dernières années, 81 % des mères au volant n’ont pas perdu de points sur leur permis. Seule une mère sur quatre (25 %) a procédé à la déclaration d’un sinistre auprès de son assureur. Sur la même période, plus de 77 % des pères ont pu conserver tous les points sur leur permis. Seuls 21 % des sondés ont déclaré un sinistre auprès des assureurs. Dans les deux cas, les sinistres déclarés sont en majorité constitués de collision.

Ainsi, à travers ces chiffres, les pères et les mères au volant se présentent dans l’ensemble comme de bons conducteurs. Ils donnent un excellent exemple à leurs enfants, à leurs proches ainsi qu’aux jeunes conducteurs en général.