Alors que la pandémie de Covid-19 continue de faire rage à travers le monde, l’apparition d’une variante anglaise du virus a incité de nombreux pays à suspendre le trafic avec le Royaume-Uni. Mais la Commission européenne a appelé les pays membres de l’UE au retour de la circulation afin de permettre le retour des citoyens et les voyages « essentiels » et préserver la chaine d’approvisionnement.

Appel de Bruxelles à une reprise de la circulation entre l'UE et le Royaume-Uni

Dès la découverte du variant britannique du coronavirus, plus contagieux, en fin décembre, plusieurs pays membres de l'Union européenne ont fermé leurs frontières aux Britanniques. Aussi bien les liaisons aériennes que maritimes, routières et ferroviaires ont été suspendues par précaution, pour quelques jours dans un premier temps.

Il en a résulté l'impossibilité pour des milliers de personnes de rentrer chez elles, et l'immobilisation de centaines de camions sur les routes, par exemple du fait de la fermeture du tunnel sous la Manche.

En conséquence, la Commission européenne a invité les États membres de l'Union à

Faciliter la reprise de la circulation des personnes et des véhicules de transport

Son objectif : permettre les « déplacements essentiels » et éviter tout problème d'approvisionnement.


Fermeture des frontières maintenues face à une variante plus contagieuse

Dans la recommandation, l'autorité réclame

La levée des restrictions temporaires pour tous les citoyens de l'UE et les citoyens britanniques se rendant dans leur État membre ou pays de résidence, ainsi que les ressortissants de pays tiers qui jouissent de droits de libre circulation au sein de l'Union.

Elle conditionne cependant cet assouplissement des règles à un test ou à une mise en quarantaine.

S'agissant des acteurs du transport, Bruxelles réclame

L'exemption de toute interdiction de voyager à travers l'UE et des exigences de test et de quarantaine pour chaque passage de frontière visant à rejoindre un navire, un véhicule ou un avion dans un sens et dans l'autre.

La plupart des pays concernés ont décidé le maintien de la fermeture de leurs frontières jusqu'à nouvel ordre,

Comme la France, où des clusters à risques ont été identifiés et qui redoute une explosion du nombre de cas. Pour l'Hexagone, certaines « catégories de personnes » font exception, sous réserve de présenter un test négatif. Pour les personnes qui se rendent dans les pays étrangers, certains pays exigent une assurance voyage qui prend les frais médicaux en charge en cas de Covid-19.