Les non-fumeurs et les personnes pratiquant régulièrement une activité physique sont réputés pour vivre plus longtemps. Des scientifiques américains viennent de confirmer cette idée après des observations réalisées durant 20 ans. Ces modes de vie figurent d’ailleurs parmi les cinq bons comportements à adopter pour gagner jusqu’à 10 années d’espérance de vie supplémentaires sans développer de maladies chroniques.

Les pathologies chroniques sont souvent décisives dans un comparatif assurance en raison du coût et de la durée des traitements. Comme pour toute autre maladie, la meilleure solution consiste à renforcer la prévention auprès de la population. Des chercheurs américains ont entrepris de noter de 0 à 5 le caractère sain du mode de vie d'une personne. Ils se sont alors basés sur cinq critères.

Outre le fait de ne pas fumer, les bons comportements considérés par leurs travaux incluent la pratique de 30 minutes de sport par jour. Ils comprennent également le maintien d'un régime alimentaire équilibré, la conservation d'un IMC normal ainsi que la consommation d'alcool avec modération.

D'excellents indicateurs pour améliorer son mode de vie

Les gros fumeurs (dépassant le seuil des 15 cigarettes par jour) et les personnes souffrant d'obésité (avec un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 30) affichent l'espérance de vie sans pathologie la plus basse après 50 ans. Cette observation se base sur l'analyse des données de santé de 73 196 femmes et de 38 366 hommes ne souffrant pas de cancer, de diabète ou de maladies cardiovasculaires au début de l'étude.


L'équipe de scientifiques a toutefois tenu à signaler que leur étude se basait essentiellement sur des travaux d'observation. De ce fait, les chercheurs n'ont pas clairement dégagé de relations de cause à effet entre les facteurs considérés et l'état de santé des participants ainsi que leur espérance de vie effective.

Leur recherche s'est aussi retrouvée limitée en partie par la méthodologie adoptée. En effet, les données analysées ont été obtenues à travers des questionnaires. Cette technique comporte une marge d'erreur concernant les réponses fournies par les personnes sondées.

Néanmoins, les auteurs de l'étude ont mis en avant le nombre de patients observés et la durée du suivi pour défendre la pertinence de leurs travaux.

En somme, ils recommandent d'opter pour un meilleur mode de vie et une alimentation saine.

De cette manière, il sera possible de prolonger son espérance de vie exempte de pathologie chronique.

Jusqu'à 10 ans supplémentaires en bonne santé

L'espérance de vie sans maladie des personnes non adeptes des cinq comportements sains susmentionnés est estimée à 24 ans après 50 ans. Cette évaluation tient compte de divers facteurs comme l'ethnicité, l'âge ainsi que les antécédents familiaux. Durant cette période, elles ne risquent généralement pas de développer de diabète, de cancers ou encore de maladies cardiovasculaires.


Selon les chercheurs américains, les femmes qui ont adopté tous ces comportements ont en revanche bénéficié d'une espérance de vie plus longue sans maladie chronique. Celle-ci pouvait en effet atteindre les 34 ans après 50 ans. Les hommes présentaient des résultats assez similaires.

S'ils n'entretenaient aucun des comportements sains définis par l'étude, les participants affichaient généralement une espérance de vie de 24 ans sans maladie chronique après 50 ans. Le délai passe à 31 ans chez ceux qui ont adopté quatre à cinq de ces bonnes habitudes.

Dans le détail, les femmes ayant adopté la majorité de ces comportements sains (4 ou 5 bonnes pratiques) ont gagné jusqu'à 10,6 années d'espérance de vie supplémentaires par rapport aux participantes qui ont négligé ces facteurs. Du côté des hommes, l'espérance de vie en bonne santé a augmenté de 7,6 ans comparativement à ceux qui se sont détournés d'un mode de vie sain.