Sous la pression des autorités européennes, le gouvernement incite les fabricants de voitures qui desservent le territoire français à augmenter progressivement les modèles propres. Mais quel rapport les populations des pays concernés ont-elles à la voiture électrique ? Connaissent-elles les enjeux qui résultent de l’usage de cette solution de mobilité ?

Cela fait maintenant quelques années que les moyens de transport écologiques comptent parmi les modes de déplacement des consommateurs, notamment urbains. C’est la raison pour laquelle le gestionnaire néerlandais de flottes LeasePlan publie annuellement une étude qui met en exergue la perception que le grand public a de la conduite électrique. Elle rapporte également les principaux freins qui empêchent les automobilistes de se procurer une voiture équipée d’une batterie électrique.

Réalisée en collaboration avec la société de sondage Ipsos, l’enquête Mobility Monitor concerne 16 pays du Vieux Continent. Elle révèle que les Français ont une image de plus en plus positive des véhicules propres.


Les problèmes d’autonomie et les prix élevés causent la réticence de certains consommateurs

Alors que 60 % des sujets sondés estiment que le coût global de fonctionnement des voitures électrifiées est relativement faible, leur prix d’acquisition constitue un blocage pour de nombreux répondants. Or, les potentiels acheteurs bénéficient déjà d’une subvention de l’État.

Autre facteur qui justifie la réticence de certains conducteurs : le manque d’infrastructures de recharge. Nombre de personnes interrogées ne veulent pas non plus investir dans cette solution de mobilité étant donné que les batteries électriques ne permettent pas encore de parcourir de longues distances.

Si dans l’ensemble, les consommateurs ont une perception positive des véhicules électriques et que cette image s’est embellie durant ces dernières années, ce n’est pas le cas des Luxembourgeois. Par rapport aux autres populations européennes, ils se montrent plutôt réfractaires, à un point tel qu’ils accordent de moins en moins d’importance aux modèles de ce type.

La plupart des conducteurs sont motivés par la volonté de préserver la planète

Pour la majorité des individus interrogés, l’intérêt d’utiliser des voitures électriques réside dans la lutte contre la pollution atmosphérique et le réchauffement climatique. D’ailleurs, 43 % des répondants pensent que la conduite électrique contribue à la diminution des émissions d’oxyde d’azote (NOx).


Dans le même ordre d’idée, 60 % des automobilistes sondés prévoient de se mettre à la voiture électrique dans les 5 prochaines années. En tout cas, ils peuvent déjà commencer par établir une comparaison assurance afin de trouver l’offre qui leur permettra de couvrir leur futur véhicule de manière optimale.

En se concentrant sur ceux qui projettent d’acquérir plus tard un véhicule pour leurs déplacements quotidiens, le tiers des répondants souhaitent conduire un modèle doté d’une batterie électrique. Les chiffres sont d’autant plus significatifs lorsqu’il s’agit des individus qui prévoient de louer une automobile. Parmi les plus enthousiastes à remplacer leur voiture actuelle par une électrique comptent par les Portugais, les Grecs et les Turcs.