L’État de New York a récemment envisagé d’imposer le port du casque pour les automobilistes. Il s’agit surtout d’une mesure visant à dissuader les conducteurs les plus récalcitrants à s’aventurer en plein centre-ville, au même titre que les péages. La France, de son côté, aborde essentiellement le sujet par rapport à la problématique sécuritaire.

Le fait de ne pas porter de casque homologué peut représenter une clause d'exclusion dans un contrat d'assurance vélo. En effet, cet équipement permet d'assurer la sécurité du cycliste en cas d'accident. Toutefois, cette situation est difficilement transposable à la voiture. Le sujet est de nouveau d'actualité avec la Lom (Loi d'orientation des mobilités).

Outre les usagers d'EDP (engins de déplacement personnel) comme les scooters électriques, les fervents défenseurs du casque envisagent d'étendre le port de ce dispositif aux automobilistes. Cependant, cette mesure risque de réduire l'efficacité des protections embarquées sur les voitures. Ainsi, le débat sur le sujet reste ouvert dans l'Hexagone.

Des casques pour limiter les embouteillages

Comme en France, le port obligatoire du casque à vélo a longtemps fait débat aux États-Unis. Les automobilistes se sont retrouvés à leurs dépens au centre de cette polémique à New York. En effet, le gouverneur de l'État, Andrew Cuomo, a récemment évoqué les problèmes de trafic rencontrés dans la grosse pomme face à la presse.


Les autorités locales ont d'abord pensé à déployer un système de péage urbain pour réduire la densité de la circulation en ville. Mais en janvier dernier, un journaliste a suggéré en pleine conférence de presse le port de casque obligatoire en voiture.

Au-delà de son côté insolite, cette mesure vise à lutter la congestion urbaine en dissuadant les automobilistes de se rendre en ville. Andrew Cuomo n'a pas exclu cette suggestion. Cependant, il a demandé des arguments concrets, concernant notamment la réduction des blessures dans les accidents de la route.

Une mesure discutable pour les conducteurs

Pour l'instant, le port du casque est seulement obligatoire en France pour les cyclistes de moins de 12 ans. Si la mesure était élargie à l'ensemble des usagers, elle risque de freiner le recours aux solutions de mobilité alternatives comme les Vélib' ou les trottinettes électriques. En effet, ce type de service est jusqu'à présent accessible sans casque.

En principe, le port de casque en voiture n'est pas interdit dans l'Hexagone. Cela dit, le Code de la route (article R412-6) stipule que le conducteur doit être capable de réaliser toutes les manœuvres requises au volant. Or, un casque est susceptible de gêner sa liberté de mouvement au niveau de la tête ou sa visibilité. De même, il ne fera qu'altérer l'efficacité de l'airbag.

D'autre part, les casques de conduite sont assez courants sur les circuits et dans les écoles de pilotage. Toutefois, il n'en existe presque aucun destiné à un usage quotidien, à part un vieux modèle produit en Australie dans les années 1980.