Selon un sondage récent, 46 % des travailleurs français pensent quitter leur entreprise actuelle dans les cinq années à venir. 22 % d’entre eux comptent même changer d’établissement dans les deux prochaines années. Issus d’une enquête réalisée par la société Automatic Data Processing (ADP), ces chiffres montrent l’augmentation de la volatilité des salariés sur le marché de l’emploi dans l’Hexagone.

Durant plusieurs décennies, le CDI était synonyme de stabilité et, dans une certaine mesure, de réussite. Ainsi, les salariés étaient généralement attachés à leur contrat à durée indéterminée. De plus, ils se montraient tout aussi fidèles à l’entreprise qui leur a permis d’obtenir un poste sur le long terme.

La situation a radicalement changé depuis l’arrivée de la génération Z et des Milléniaux sur le marché de l’emploi. En effet, ces jeunes sont entre autres connus pour leur grande volatilité et leur conception différente du monde du travail.

Ils préfèrent notamment les ambiances décontractées en entreprise. Ils privilégient aussi les contrats de courte durée pour pouvoir multiplier les expériences professionnelles.


Environ 1 Français sur 4 reste fidèle à son entreprise

En dépit de la tendance, il existe encore des salariés souhaitant finir leur parcours professionnel dans leur entreprise actuelle. Recensent un nombre assez important de travailleurs fidèles les domaines de :

  • la formation et l’éducation (32 %) ; 
  • la santé (31 %) ; 
  • l’industrie (27 %) ; 
  • les transports (26 %).

A contrario, seuls 16 % des salariés évoluant dans l’univers des ventes, des médias et du marketing envisagent de rester dans le même établissement jusqu’à la retraite. Il en est de même pour 15 % des personnes travaillant dans le domaine des arts et de la culture.

Globalement, 27 % des travailleurs français désirent poursuivre leur parcours professionnel dans leur entreprise actuelle jusqu’à la fin de leur carrière. La France reste ainsi dans la moyenne européenne sur ce point.

À titre de comparaison, en Pologne, seuls 17 % des salariés envisagent de rester au sein du même établissement jusqu’à la retraite. En revanche, en Espagne, ils sont 34 % à le vouloir. Cependant, ces chiffres peuvent évoluer avec l’arrivée des nouvelles générations de travailleurs sur le marché de l’emploi.

Une volatilité plus marquée chez les jeunes

En prévision de la retraite entreprise, les CDI avaient tendance à être fidèles à la même enseigne durant toute leur carrière. Désormais, les salariés français n’ont plus vraiment le même état d’esprit. Toutefois, les positions des travailleurs sur le sujet varient sensiblement en fonction de l’âge, comme l’indique le sondage d’ADP.


Ainsi, pour les plus de 45 ans, environ 1 salarié sur 3 envisage de travailler pour leur entreprise actuelle durant les cinq prochaines années. Par ailleurs, un tiers des sondés figurant dans cette tranche d’âge compte rester fidèles à leur employeur jusqu’à la retraite.

Les plus jeunes, en revanche, adoptent une attitude totalement différente. Ainsi, 36 % de la Génération Z et 29 % des Milléniaux affirment vouloir quitter leur établissement actuel dans moins de deux ans.

Les réponses des participants au sondage tendent également à varier significativement selon leurs activités. Par exemple, 36 % des salariés dans le domaine du marketing et des médias n’ont pas l’intention de rester plus de deux ans dans la même entreprise, contre 19 % pour le secteur industriel et 16 % pour les transports.