Les seniors et les individus souffrant de maladies préexistantes sont les plus touchés par le Covid-19. En revanche, la maladie virale semble épargner les moins de 10 ans. Pourtant, ces derniers présentent généralement d’importants risques de contracter des infections respiratoires comme la grippe. Les classes ayant repris, à quoi les parents et leurs enfants doivent-ils s’attendre ?

Au mois d'août, les parents préparent généralement la rentrée de leurs enfants. Outre l'achat des fournitures, ils peuvent se mettre à la recherche d'une assurance scolaire. Cette année, les Français ont également dû s'informer sur le protocole sanitaire appliqué au niveau des établissements scolaires pour limiter la propagation du SARS-CoV-2. Le port du masque est l'une des principales mesures annoncées par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, le 26 août dernier.

Si cette protection est obligatoire à partir du collège, elle n'est en revanche pas de rigueur en école élémentaire et en maternelle. Dans la pratique, un enfant doit en porter dès 11 ans. Explications.

ASSUREZ VOS ENFANTS CONTRE LES ACCIDENTS SCOLAIRES ET EXTRA-SCOLAIRES

Choisissez la formule d'assurance scolaire la plus adaptée à vos besoins parmi notre sélection d'offres.

15€/an par enfantPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 500€ en cas de bris
A partir de11.90€/anPrise en charge
de l'aide à domicile
Activités
extra-scolaires
Remboursement
des lunettes
Jusqu'à 600€ selon la formule
-20% pour la première adhésion en maternelle*
*Voir les conditions sur le site du partenaire

Quel est l'âge idéal pour commencer à porter un masque ?

Pour expliquer l'âge minimum fixé en France pour le port du masque, Michel Blanquer s'appuie sur une déclaration de l'OMS. Selon l'institution, l'application de cette mesure pour les moins de 12 ans peut s'avérer contre-productive. Elle ajoute que cette disposition est superflue, voire risquée chez les enfants de 5 ans. En effet, ces derniers sont susceptibles de s'étouffer avec un masque. L'agence sanitaire détaille :

Cette indication est fondée sur la sécurité et l'intérêt global de l'enfant, et sur sa capacité à utiliser un masque correctement avec une assistance minimale.

Concernant les 6 à 11 ans, elle est moins catégorique et recommande de prendre une décision en fonction, entre autres, de :

  • L'intensité de la circulation du virus dans le lieu de résidence ; 
  • La capacité de l'enfant à se servir correctement et en toute sécurité d'un masque.

La secrétaire générale de la Société française de pédiatrie, Christèle Gras-Le Guen, estime que le port obligatoire du masque a été instauré à partir de 11 ans en raison de facteurs organisationnels, mais aussi d'éléments scientifiques. Tout d'abord, les enfants semblent plus susceptibles d'être infectés vers 10 ou 11 ans.

Par ailleurs, cet âge correspond souvent à l'entrée au collège, ce qui implique plus d'interactions avec des adultes. Or, des études montrent que la plupart du temps, les enfants sont contaminés par des adultes. Christèle Gras Le-Guen observe :

Ce que l'on souhaite pour la rentrée, c'est que l'ensemble du personnel scolaire soit très à cheval sur les mesures barrières, puisque ce sont eux qui risquent de contaminer les enfants et pas l'inverse.

Un risque d'infection faible, mais réel

Les cas de Covid-19 chez les enfants représentaient 1 à 5 % de la totalité des contaminations enregistrées dans le monde. C'est ce qu'a révélé Santé publique France en mai dernier, au moment où les écoles et les crèches ont rouvert suite au confinement. Ce constat n'a pas changé le 20 août dernier, lors du point épidémiologique de l'agence :

Les données de surveillance montrent que les enfants sont moins touchés par le Covid-19 (moins de 1 % des patients hospitalisés et des décès).

Par ailleurs, les tests de dépistage réalisés chez les enfants montrent un faible taux de positivité en dépit de l'augmentation des chiffres depuis mi-mai. Cet indicateur s'est notamment établi à 2,6 % pour les moins de 9 ans du 10 au 16 août, contre 4,8 % pour les 20 à 29 ans.

Le 19 août, sept sociétés savantes de pédiatrie ont déclaré :

Il est certain qu'avec la rentrée scolaire et le retour en collectivité des plus petits, le risque de survenue de contamination par le SARS-CoV-2, aussi bien chez les enfants que chez les adultes qui les encadrent, est réel.

Dans un rapport, l'ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) note que les écoles ne risquent pas de devenir favorables à la propagation du virus si les gestes barrières sont respectés. Quoi qu'il en soit, les sociétés de pédiatrie susmentionnées ont conseillé aux parents d'emmener leurs enfants se faire vacciner contre la grippe et la gastro-entérite. De cette manière, les symptômes de ces maladies ne seront pas confondus avec ceux du coronavirus. En outre, elles ont préconisé l'usage de tests salivaires plutôt que la réalisation des prélèvements nasopharyngés invasifs sur les enfants.