La Chine, qui fait partie des plus grandes puissances économiques mondiales, occupe également le premier rang dans l’industrie automobile. Il reste à savoir si elle parviendra à conserver sa place dans un contexte d’électrification progressive des flottes. Les Européens et les Américains acquérant progressivement des parts de marché, la concurrence s’avère rude.

La Chine exerce une influence considérable sur le marché mondial de la voiture électrique. Quant aux constructeurs européens, ils ne lésinent pas sur les moyens pour sortir de nouveaux modèles. Le nombre de véhicules électriques dépassera les 2 millions d’unités à l’horizon 2021 selon une étude récente réalisée par McKinsey.

Les pays membres de l’Union européenne sont tenus de respecter les normes imposées par les autorités en termes de CO2. De cette manière, l’Europe pourra devancer la Chine, comme le stipule le rapport du cabinet de conseil. En tout cas, toute comparaison assurance confirmera que les assureurs se réfèrent au niveau d’émissions de polluants pour fixer les primes.

La Chine demeure un acteur majeur

Près de 600 nouveaux modèles de véhicules équipés de batterie électrique devront être commercialisés à l’échelle mondiale d’ici 2024. En termes de production, la part la plus importante est attribuée à la Chine qui produira 169 modèles. L’Allemagne vient en troisième position (102 voitures) après le Japon (145 unités). Il sera question, en majeure partie, d’automobiles 100 % électriques. Il faut noter que ces dernières ont représenté 74 % des parts de marché en 2019. Quant aux hybrides rechargeables, elles n’en ont totalisé que 26 %.


Concernant la production de batteries, le rapport établi par McKinsey table sur une performance de 610 gigawattheures pour la Chine. Pour les États-Unis et le Vieux Continent, les prévisions s’élèvent respectivement à 150 gigawattheures et 290 gigawattheures. Dans ce cas, l’Europe enregistrera une croissance de 47 % dans l’année, sachant que la production mondiale est portée à 1 000 gigawattheures.

L’Europe pourrait talonner l’Empire du Milieu grâce à l’Allemagne

Sur le continent européen, les ventes d’automobiles électriques en 2019 ont progressé de 44 % comparées à celles de l’année précédente. En Chine, la hausse n’a été que de 3 %, avec 1,2 million de modèles écoulés. Pour sa part, le marché américain a accusé une diminution de 12 %, avec 330 000 voitures vendues.

S’il faut se pencher sur les parts de marché, la Norvège (45 %) est arrivée en tête l’an dernier. Mais en termes absolus, l’Allemagne a battu tous les records européens en vendant 110 000 voitures équipées de batterie électrique. À l’échelle planétaire, elle occupe la troisième place.

Le rapport dressé par McKinsey avance que ce pays détiendra le marché le plus important à l’avenir, devant l’Empire du Milieu. D’ici 2021, plus de 1,7 million de modèles électriques devront sortir des usines localisées outre-Rhin. En outre, la part de marché des constructeurs allemands est évaluée à 29 % en 2024, contre 18 % en 2019.