Les Français considèrent que les assureurs complémentaires font partie des acteurs capables de répondre à leurs besoins en matière de services de santé. Ces professionnels apparaissent même dans les trois premiers du classement. C’est ce que révèle une étude commandée par L’Argus de l’assurance et Cegedim Insurance Solutions. Les mutuelles doivent toutefois surveiller les attentes des jeunes générations. Explications.

Avec les établissements hospitaliers, les soignants et la Sécurité sociale, les mutuelles figurent en haut du classement des acteurs qui doivent proposer des services ayant un lien avec la santé selon les Français. En revanche, ces derniers ne semblent pas être convaincus par le fait que les complémentaires santé diversifient leur offre.

En effet, ils sont respectivement 41 % et 33 % à concevoir qu'elles puissent proposer une aide ménagère ou une aide au logement. C'est ce que démontre l'enquête menée pour L'Argus de l'assurance et Cegedim Insurance Solutions. Pire, ils sont à peine 20 % à avoir l'intention de contracter un crédit immobilier auprès d'une complémentaire santé.

Les Français affirment l'appartenance des mutuelles aux acteurs de la santé

Les consommateurs plébiscitent particulièrement l'accès à un dossier médical en ligne et la prise de rendez-vous de manière dématérialisée. Il en va de même pour les explications de devis. Les résultats de l'étude susmentionnée indiquent qu'ils sont environ 90 % à utiliser ou à vouloir recourir à l'un de ces services. Par ailleurs, 61 % des répondants affirment souhaiter en bénéficier auprès d'assurances complémentaires. Ces dernières devancent ainsi la Sécurité sociale, citée par 60 % des participants, et les professionnels de santé, évoqués par 53 % d'entre eux.


Le sondage révèle également que les nouveaux arrivants dans le domaine des services de santé ne sont pas près d'évincer les mutuelles. En effet, les Français sont respectivement 8 % et 5 % à être prédisposés à souscrire un contrat de santé auprès d'acteurs de la grande distribution et d'opérateurs de téléphonie. Ils sont encore moins nombreux (4 %) à envisager de réaliser une telle démarche auprès des Gafa.

Les mutuelles sont amenées à évoluer

Ces résultats n'éliminent pas pour autant la concurrence avec des distributeurs privés pour les assureurs complémentaires. Ils n'écartent pas non plus l'avènement de l'open insurance, qui consiste en la mise en place de plateformes collaboratives regroupant des mutuelles et des partenaires issus de l'économie numérique ou marchande.

En effet, les jeunes générations s'avèrent beaucoup plus enclines à ce type de mélange, d'après l'étude. Il est essentiel que les mutuelles s'adaptent à cette évolution, surtout en cette période de crise sanitaire. Depuis environ trois mois, la pandémie de coronavirus retient toutes les attentions. En même temps, elle a remis à l'ordre du jour le débat sur la société du care. Il s'agit d'un concept qui prône la valorisation des services dédiés au bien-être.

La crise a également suscité des interrogations sur des programmes tels que la réforme du système hospitalier amorcée par le gouvernement. En outre, elle a bouleversé les pratiques des professionnels de santé, notamment en accélérant d'adoption de la télémédecine.