L’assurance paramétrique constituerait une alternative pour s’adapter aux nouveaux enjeux climatiques. Elle se distingue d’un contrat d’assurance traditionnel sur plusieurs points. Elle supprime l’expertise réalisée après la survenance d’un sinistre. Un ensemble d’éléments déclencheurs est défini au préalable, permettant le paiement de l’indemnisation. Le montant de la prime versée à l’assuré est aussi déterminé en amont.

Le changement climatique demande aux assureurs de revoir leur fonctionnement pour faire face à des risques qui n'existaient pas autrefois. La technologie constitue néanmoins un allié qui leur permet de mieux les appréhender. On parle notamment de l'imagerie satellite, du Big Data ou des drones.

Les données obtenues de ces technologies donnent la possibilité de mieux connaître les pertes subies. Ainsi d'élaborer un nouveau modèle de contrat qui en tient compte. Cela se concrétise par l'assurance paramétrique. Le principe est simple. L'assureur et son client décident d'un ensemble de paramètres qui donnent accès à la prise en charge une fois réunis.


Complémentaire à l'assurance classique

La Commission européenne admet l'intérêt d'un tel contrat notamment pour la rapidité de la prise en charge. En effet, aucune évaluation n'est requise suite à la survenance des sinistres. L'assuré obtient une indemnité une fois qu'il atteint ou dépasse le niveau de dommages défini au préalable.

Pour l'heure, ce type de contrat est absent en France et dans les pays anglo-saxons. Seuls quelques pays l'ont adopté, à l'instar de l'Israël ou du Brésil. Le droit israélien laisse à l'assureur et à son client de convenir des clauses du contrat. Aucun plafond n'est imposé quant à l'indemnisation. Les autorités exigent que l'assuré reçoive un montant proportionnel aux dommages subis.

Au Brésil, la loi reconnait l'existence de l'assurance paramétrique en juin 2020. Les autorités brésiliennes ne relèvent aucun inconvénient à son application sur les règles qui régissent l'indemnisation. Quelques pays asiatiques appliquent également ce modèle d'indemnisation. C'est le cas de la Chine, la Corée du Sud ou l'Inde.

La Commission européenne y voit une solution pour compléter l'assurance traditionnelle. Il peut par exemple s'ajouter à l'assurance dommage ouvrage destinée aux propriétaires et bailleurs.

Des conditions d'assurance définies en amont

En effet, l'assurance paramétrique est conçue pour les risques climatiques qui ne sont pas inclus dans le contrat d'assurance traditionnel. Ils ont fait leur apparition avec le changement climatique. Celui-ci met ainsi les assureurs et leurs clients face à des évènements qui leur sont nouveaux.


Les viticulteurs exposés au gel de leur plantation en sont des exemples. C'est également le cas de l'agriculteur face aux pertes générées par la sécheresse.

L'assurance paramétrique possède des caractéristiques qui le distinguent d'un contrat classique. D'abord, le sinistre et ses conséquences sont connus en amont et prévus dans le contrat. L'assureur n'a donc pas besoin de demander une expertise, la seule constatation des faits suffit.

Ce fonctionnement se traduit par la rapidité de la procédure. L'assuré recevra son indemnité quelques jours, ou même quelques heures après la survenance des sinistres. Son montant est déterminé pendant l'élaboration du contrat. Son versement est certain dès que les paramètres préalablement définis sont atteints. La prime est ajustée de manière à se rapprocher du coût des pertes subies.