Réforme des retraites : le gouvernement ne veut pas se précipiter

Pourquoi ce revirement ?

Suite aux nombreux débats et interrogations suscités par la réforme visant à retarder l’âge de départ à la retraite, le gouvernement a décidé de reporter sa mise en application.

Le sujet ne sera donc pas abordé lors de l’élaboration du prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS).

Sous l’impulsion du Conseil d’orientation des retraites, le gouvernement a sollicité les propositions des députés et des autres parties concernées au sujet de la marche à suivre pour retrouver l’équilibre d’ici 2025.

Mais selon les dires du député LREM Laurent Pietraszewski,

« Aucune proposition concrète n’a été soumise »

D’où le report.


Le Président Macron avait promis de maintenir l’âge de départ à la retraite à 62 ans tout en augmentant le revenu des retraités, mais la situation actuelle soulève des interrogations quant à la faisabilité d’un tel projet.

Un report salué par les syndicats

Les syndicats sont sceptiques vis-à-vis des réformes sur la retraite que prévoit de mener l’exécutif. Pour l’heure, ils se satisfont de ce report, même s’ils sont conscients que ce n’est surement que partie remise.

Selon les syndicats,

« Le gouvernement avait tenté de courir plusieurs lièvres à la fois en essayant de réformer la retraite entreprise tout en modifiant certains paramètres sensibles, le tout sans demander nos avis »

Toujours d’après eux,

« Ce report semble montrer un regain de bon sens de la part de l’exécutif. Malgré l’urgence de retrouver l’équilibre, il a compris que le mieux est encore de ne pas se précipiter ».

Mais comme le rappelle Pietraszewski,

« La date butoir pour un retour à l’équilibre ne change pas ».

Ce qui signifie qu’il est tout de même grand temps d’élaborer les meilleures stratégies pour y parvenir.