Après des mois de confinement strict, la Singapour s’ouvre peu à peu au monde. Après le succès de la mise en place d’une première ouverture de VTL (Vaccinated Travel Lane) entre Singapour et l’Allemagne et Brunei, les voyageurs complètement vaccinés en provenance d’autres pays, dont la France pourront séjourner dans le pays sans être soumis à une quarantaine.

Levée des mesures de quarantaine

Actuellement, plus de 80 % des Singapouriens en âge d'être vaccinés ont reçu les doses de vaccin requises.

Le gouvernement a ainsi décidé d'élargir la VTL à huit autres pays, dont :

  • la Grande-Bretagne ;
  • le Canada ;
  • le Danemark ;
  • la France ;
  • l'Italie ;
  • les Pays-Bas ;
  • l'Espagne ;
  • les États-Unis.

La Corée du Sud s'ajoutera à cette liste à la mi-novembre.

Concrètement, les touristes entièrement vaccinés et qui doivent réserver des vols VTL désignés (Air France et Singapour Airlines) sont exemptés de quarantaine à leur arrivée sur le sol de Singapour. En revanche, ils devront se soumettre à deux tests PCR, dont l'un est réalisé moins de 72 heures précédant l'embarquement prévu et l'autre à l'arrivée à Singapour.


Autre exigence, les voyageurs vaccinés sont tenus de demander un laissez-passer (Vaccinated Travel Pass ou VTP) entre 7 et 30 jours avant le débarquement à Singapour.

Par ailleurs, ils doivent prévoir une assurance voyage couvrant au moins 30 000 dollars de frais médicaux liés au covid.

Les voyageurs sont aussi invités à s'enregistrer sur l'application « TraceTogether ». D'autres restrictions les attendent une fois dans le pays, comme la limitation du nombre de personnes lors des rassemblements publics.

Être résilient face au covid-19

Durement impactée par la pandémie, la cité-État qui est connue comme étant une place financière et commerciale internationale mise sur cette reprise du trafic aérien pour relancer son économie.

Selon le premier ministre Lee Hsien Loong,

Le pays devra composer avec le covid-19 dans la mesure où il sera extrêmement difficile de l'éradiquer.

La priorité pour le gouvernement est alors de mettre en place progressivement et en toute sécurité des mesures frontalières qui évoluent en fonction de la situation.

Philip Goh, vice-président pour l'Asie-Pacifique de l'Association internationale du transport aérien (Iata), espère que les autres pays prendront pour modèle les mesures prises par Singapour.