Les smart contracts sont désormais incontournables dans le secteur de la finance numérique. Conscientes de ce phénomène, les autorités financières internationales s’y intéressent de plus en plus. La Banque mondiale a ainsi récemment publié un rapport sur le sujet. L’institution a notamment analysé les effets de ces nouveaux outils sur les systèmes financiers mondiaux.

Afin d'observer les apports des smart contracts, les auteurs de l'étude de la Banque mondiale se sont concentrés sur les populations qui n'ont pas accès à des services financiers structurés. Leur rapport révèle de nombreux avantages potentiels pour l'inclusion financière des consommateurs à l'échelle internationale. Cependant, le système nécessite encore des améliorations en matière de protection des clients et de conformité KYC.

Au-delà de leur contribution à l'inclusion financière, les smart contracts permettent à certains professionnels de gagner en efficacité, par exemple sur le marché de l'assurance. Les acteurs du secteur risquent toutefois de rater cette opportunité en raison de l'adoption assez récente d'autres systèmes alternatifs dans le milieu.

Une alternative prometteuse sur certains segments

Selon le rapport de la Banque mondiale, les produits financiers disponibles sur le marché réagissent différemment face aux smart contracts. Cette nouvelle génération d'outils peut avoir un impact considérable sur certains secteurs comme l'assurance indexée et associée aux conditions météorologiques.

Les experts considèrent que les smart contracts permettront d'améliorer significativement la transparence et l'adéquation de ce type de formule. Toutefois, l'intégration de cette technologie ne résoudra pas tous les problèmes propres au secteur financier, selon le rapport cité. Cette initiative aidera néanmoins à réduire les frictions dans cet écosystème.

D'après les analystes de la Banque mondiale, les acteurs de l'assurance de détail devraient être plus ouverts à l'intégration des smart contracts plutôt qu'aux prêts non garantis. Cette technologie leur donne en effet les moyens d'optimiser leur efficacité tout au long du cycle de vie d'un crédit. Cependant, cette piste risque d'être inexploitée en raison de l'automatisation déjà avancée des démarches liées aux prêts non garantis.

Les atouts des smart contracts

Selon les spécialistes, la réduction des formalités contractuelles dans le secteur financier représente le plus grand changement apporté par le smart contract. Les démarches sont traditionnellement lourdes dans ce domaine.

Les smart contracts permettent notamment de s'affranchir des intermédiaires pour mener à bien les transactions. Ainsi, il devient possible de réaliser des économies en matière de coût de gestion. D'après la Banque mondiale, ces outils peuvent à terme faciliter l'inclusion du grand public dans les services financiers particuliers. Cette expression englobe une myriade d'offres, incluant celles proposées sur le marché des cryptomonnaies.

Suivant cette logique d'inclusion, l'institution financière cite quelques exemples particulièrement prometteurs comme l'assurance indexée ou encore le financement de chaînes d'approvisionnement. Les auteurs du rapport évoquent également les avantages potentiels des smart contracts pour les crédits non garantis à court terme. Ces outils peuvent en effet influer positivement sur ces produits financiers.