Les conditions climatiques auraient été propices cette année, avec de la neige qui est tombée en abondance. Toutefois, conformément aux mesures annoncées par les autorités, les remontées mécaniques sont restées fermées. Pour autant, la saison n’a pas été aussi désastreuse que l’on pouvait l’imaginer. De nombreux vacanciers ont fait un détour par les stations de ski après le Nouvel An.

En raison de l'épidémie de Covid-19, les stations de ski ont dû ouvrir sans remontées mécaniques pour les vacances de Noël. Une situation qui a suscité de l'incompréhension chez les professionnels de la montagne. Néanmoins, les résultats restent satisfaisants. Le taux de fréquentation est bien mieux que celui espéré dans certaines stations, à l'instar de celle des Hautes Pyrénées.

Afin de compenser l'absence des remontées mécaniques, d'autres activités ont été proposées aux vacanciers. Bien entendu, elles peuvent être prises en charge par l'assurance ski. En général, celle-ci couvre les frais de secours et d'hospitalisation en cas d'accident sur les domaines skiables.


L'activité ski constitue la base du chiffre d'affaires pour de nombreux opérateurs

L'obligation de fermeture des remontées mécaniques est effective dans toutes les stations de ski en France. Aussi, dans les Pyrénées, un réaménagement a été effectué sur une partie du domaine et les bas des pistes. Les vacanciers pouvaient, dès lors, y pratiquer du vélo, du ski de randonnée, faire de la raquette ou se servir de leurs luges. Le concept les a séduits.

Néanmoins, les professionnels des activités de montagne espèrent une réouverture des remontées mécaniques en février 2021, avant les périodes de vacances. En effet, bien qu'elles soient un succès, les activités alternatives ne leur permettent pas de rattraper les pertes subies.

Selon un gérant de magasin de location d'équipements dans les Pyrénées, son revenu repose essentiellement sur le ski. Pour lui, les pertes se sont élevées à 70 % pendant les vacances de Noël.

Une fréquentation réduite par rapport aux périodes de vacances habituelles

Les vacances en février seront ainsi cruciales pour les professionnels de la montagne. Ces derniers réaliseront 50 % de leur chiffre d'affaires annuel durant ces deux semaines de vacances. D'ailleurs, les conditions climatiques semblent plutôt favorables aux activités en montagne cette saison. En particulier dans certaines stations comme celle des Pyrénées. L'enneigement et l'ensoleillement y sont idéals. Des conditions auxquelles la station n'a pas eu droit depuis plus de 10 ans.


En outre, la fermeture de remontées mécaniques n'a pas empêché les vacanciers de s'y rendre. Dans les Pyrénées, l'Office du tourisme de Saint Lary fait état d'une fréquentation de 50 %, en comparaison des chiffres enregistrés en temps normal.

C'est donc un soulagement pour les opérateurs. Ceux-ci angoissaient en raison de l'absence de télésièges et de tire-fesses, et de l'activité ski. Finalement, les vacanciers sont venus en grand nombre, malgré la situation sanitaire et les conditions imposées. Beaucoup sont venus après le jour du Nouvel An, parfois à la dernière minute.