Les systèmes antivol des voitures doivent-ils être améliorés en permanence ?

Trackers, détecteurs de mouvement, système de verrouillage renforcé des portières… les constructeurs automobiles innovent sans cesse pour assurer la sécurité des biens et des personnes à l’intérieur des véhicules. Ces outils rendent service, que les voitures soient en circulation ou en stationnement.

Pour autant, ces technologies mises en place ne découragent pas les voleurs qui profitent des défaillances des systèmes pour agir à l’abri des regards. En un minimum de temps, certaines personnes commettent des vols par effraction, même à distance. D’autres ont recours au « mouse jacking » pour démarrer un véhicule à l’insu de leur propriétaire.

Les dispositifs permettant de se prémunir contre le vol de voiture

Pour voler une voiture sans l’endommager, certaines personnes cambriolent directement les domiciles et dérobent les clés. C’est la raison pour laquelle certains conducteurs les rangent à l’intérieur d’une poche isolante afin qu’elles demeurent indécelables.


D’autres, plus téméraires, n’hésitent pas se procurer le véhicule de force alors même que le propriétaire est encore à l’intérieur. Pour y remédier, certains fabricants installent des films « sécurité » sur les vitres afin de dissuader les voleurs de pénétrer dans la voiture. Ils protégeront les personnes à bord de certaines agressions. En même temps, les usagers de la route devraient éviter d’exposer les effets personnels de valeur qui risquent d’attirer la convoitise des voleurs.

En se garant dans un quartier sensible, certains automobilistes prennent toutes les précautions possibles. Ils peuvent par exemple poser des écrous antivol à même les roues ou fixer une canne antivol sur le volant. D’autres comptent sur le système GPS qui équipe leur automobile pour pouvoir la localiser à tout moment. Par ailleurs, quelques voitures de luxe sont dotées d’un système permettant de fermer les portières à double verrou.

Les voleurs profitent des failles des systèmes de sécurité

Les assureurs peuvent exiger, au risque d’engager la résiliation assurance, l’installation d’un système antivol pour protéger un véhicule, les vols étant en recrudescence en France. Actuellement, il suffit en effet d’un transpondeur pour accéder à l’intérieur d’une voiture via le brouillage de la prise diagnostique. En hackant le système, le voleur obtiendra le code antidémarrage du véhicule en un temps record. Cette technique s’appelle le « mouse jacking ».


Quant aux voitures munies d’un outil de démarrage mains-libres, elles sont davantage exposées aux vols et aux tentatives de vol, à l’heure où les malfaiteurs maîtrisent eux aussi l’électronique. Ces derniers se servent par exemple d’un répétiteur de signal pour inciter le véhicule à déverrouiller les portières. Pour l’heure, les automobiles utilisant une bande de fréquences suffisamment large en sont épargnées.

Un magazine britannique s’est justement penché de près sur les dispositifs innovants conçus par les industriels de l’automobile et a testé différents modèles. Il s’est avéré aisé de déjouer les dispositifs d’ouverture et de démarrage sans clé.