Les infractions liées à l’usage d’un téléphone portable au volant ne cessent d’augmenter. Cela, malgré une baisse générale des contraventions en France. D’ailleurs, ce danger ne sévit pas uniquement dans l’Hexagone. Les chiffres sont d’autant plus frappants au Canada, alors que le pays applique des mesures sévères. Une campagne a été lancée afin de conscientiser les jeunes.

Le téléphone portable est responsable d'un accident sur 10 en France, selon les chiffres communiqués par la Sécurité routière. Et pourtant, il semble encore aujourd'hui difficile de remédier au problème. Une étude réalisée en 2019 rapporte effectivement que 49 % des conducteurs français se servent de leur portable au volant. Cet outil serait ainsi la principale source de distraction des conducteurs. S'en suivent l'application du rouge à lèvres, puis le rasage.

Des mesures ont été mises en place afin de prévenir les accidents. À rappeler par ailleurs que l'usage de téléphone au volant est une infraction majeure. Elle entraîne un malus rarement pris en charge par l'assurance téléphone.


Une nouvelle campagne intitulée « Lâche ton cell » au Canada

Face aux risques existants, la Canadian Automobile Association a décidé de lancer la campagne « Lâche ton cell ». Différente des annonces choquantes utilisées habituellement, elle se présente sous forme de vidéos d'animation courtes. Partagée sur les réseaux sociaux, elle cible particulièrement les jeunes de 16 à 24 ans.

Il faut savoir qu'au Canada, le téléphone portable constitue un problème majeur. Selon les statistiques, près de la moitié des conducteurs s'en servent au volant. Il se trouve à l'origine de 26 % des collisions arrière. Et pourtant, le pays dispose de mesures strictes en la matière.

Pour les infractions commises avec le téléphone à la main, le conducteur doit payer une amende allant de 300 à 600 dollars. Celle-ci est associée à des points d'inaptitude sur le permis, de 5 à 15 au maximum. Ceux-ci se traduisent par une augmentation du coût du permis au moment de le renouveler. Si le conducteur récidive dans les deux prochaines années, les autorités suspendront son permis.

Rétention et suspension de permis en France

Dans l'Hexagone, le conducteur qui commet une infraction le téléphone portable à la main peut se voir retirer son permis. Les forces de l'ordre sont également en droit de décider une suspension du permis pour 6 mois maximum. Et ce, selon les infractions commises.


Ces mesures de prévention sont toutefois loin de résoudre le problème. Une hausse des infractions liées à l'usage d'un téléphone portable a même été constatée ces dernières années. Aussi bien en France que dans d'autres pays, les chiffres ont augmenté de 7 %.

L'utilisation du téléphone au volant représentait un des fléaux entravant la sécurité routière depuis des années, et semble encore être d'actualité. Et ce n'est pas faute d'avoir mis en place des campagnes et des mesures appropriées. Celles-ci ont même été durcies, mais les dérapages existent toujours. D'ailleurs, en plus des accidents, l'addiction au téléphone pèse sur les relations entre l'utilisateur et son entourage.