Les usagers de VTC vont bientôt devoir payer plus cher leur course. En effet, les syndicats de chauffeurs réclament aujourd’hui pour une meilleure rémunération. Alors, pour répondre à leur requête, les plateformes envisageraient de faire payer le «temps d’approche», à savoir le trajet effectué par le véhicule pour rejoindre le client. L’objectif de cette nouvelle tarification est de garantir une meilleure rémunération aux chauffeurs et fait suite à la revalorisation du coût minimal d’une course en février 2023.

«?Temps d’approche?» : un surcoût dans la facture des courses VTC

Une décision non encore actée par les plateformes de VTC

Le coût d'une course en VTC augmentera bientôt, et ce ne sera pas à cause d'une assurance VTC pas chère. La décision de comptabiliser le «temps d'approche» n'a pas encore été validée par les plateformes, comme Uber, Freenow, Bolt, Heetch…

Néanmoins, l'idée fait son chemin, car en l'état actuel des choses, de nombreux clients ne trouvent pas de courses, car les chauffeurs sont éloignés et ne prennent pas la peine de se déplacer. Ces derniers privilégient les courses les plus proches pour mettre à profit un maximum de leur déplacement.


La rémunération du «temps d'approche» poursuit un double objectif : mieux rémunérer les chauffeurs et garantir la prise en charge des clients éloignés.

Dans le cadre de leurs revendications, les syndicats des chauffeurs demandent en outre une revalorisation de leur taux horaire minimum.

L'association des VTC de France dirigée par Karim Daoud réclame ainsi une rémunération de 15 euros bruts par heure. Cette demande est également soutenue par Grégoire Leclercq, président de la Fédération nationale des autoentrepreneurs.

Le «temps d'approche» sera en partie pris en charge par les plateformes

Le dirigeant d'une plateforme VTC a avancé que la rémunération du temps d'approche ne sera pas entièrement payée par le client pour ne pas le décourager.

Ces entreprises qui se rémunèrent à travers les commissions versées par les chauffeurs envisagent ainsi de prendre en charge partiellement le coût de cette augmentation. Sa mise en place reste néanmoins à déterminer.

Le secteur du transport en VTC, tout comme les livraisons, a longtemps été critiqué en raison du manque de droits accordés par les plateformes, notamment le géant Uber. Ce dernier compte aujourd'hui plus de 30 000 chauffeurs. De nombreuses manifestations ont déjà eu lieu pour réclamer une amélioration de leurs conditions de travail.

A retenir
  • Le «temps d'approche» sera bientôt pris en compte dans le prix d'une course en VTC.
  • Cette nouvelle politique vise à améliorer la rémunération des chauffeurs.
  • Il est probable que les plateformes VTC assument une partie de la hausse du coût liée au «temps d'approche».