La chute du géant britannique du tourisme Thomas Cook sonne comme un véritable séisme dans le secteur. Alors que sa filiale française a récemment annoncé la fin du rapatriement des voyageurs bloqués dans leurs destinations de vacances, l’avenir du groupe est désormais dans les mains des tribunaux de commerce de chaque pays d’implantation.

Des voyageurs angoissés dans le monde entier

La souscription à une assurance voyage n’aura pas été un luxe pour les 600.000 voyageurs qui ont été affectés directement par l’annonce de la faillite de Thomas Cook.

En effet, à l’annonce de la nouvelle, la cessation immédiate des activités du voyagiste le 23 septembre dernier a bloqué 150.000 touristes britanniques, 140.000 voyageurs allemands, mais aussi 10.000 Français. Pour Thomas Cook France, l’annonce de la fin des rapatriements n’a été annoncée que le dimanche 20 octobre, soit un mois après l’arrêt des activités.

Du côté des Britanniques, la tâche a été encore plus ardue. Le Secrétaire d’État des affaires étrangères Dominic Raab a annoncé qu’ils engageaient le plus grand rapatriement en temps de paix. Pour les touristes qui n’ont pas pu revenir chez eux à bord d’un vol commercial, des avions spéciaux ont été affrétés.

Ce sont 100 millions de livres, soit 113 millions d’euros, qui ont été dépensés par le gouvernement britannique pour mener à bien cette mission de sauvetage.

Chute de Thomas Cook : quid du remboursement des voyageurs et des hôteliers

Les voyageurs qui ont souscrit à une offre qui inclut le vol et l’hôtel sont protégés par la garantie dite ATOL (Air Travel Organiser’s Licence) qui demande aux distributeurs de voyage de disposer d’un fonds de garantie.

Les clients qui n’ont pas pu poursuivre leurs vacances jusqu’au bout, mais aussi les touristes qui n’ont pas pu partir, et pour ceux qui n’ont réservé qu’un vol, l’assurance voyage devra rembourser le trajet
.

En Espagne, le gouvernement a accordé 300 millions d’euros d’aide aux professionnels du tourisme pour aider les hôteliers et d’autres prestataires impactés par le retrait de Thomas Cook du marché.

Ailleurs, il n’y a pas d’annonce majeure à l’attention des professionnels du secteur. À titre d’information, Thomas Cook a opéré dans 16 pays et comptait 19 millions de clients annuels et 21?000 employés.