Pour 2021, l’État français ambitionne de construire 250000 logements sociaux. Si l’objectif a été fixé, les régions ont du mal à suivre. Pourtant, des appuis financiers comme le Fonds national des aides à la pierre ont été débloqués. À cela s’ajoutent les primes de rénovation des bâtiments anciens et ceux alloués aux matériaux écologiques.

À compter du 1er avril 2021, de nouvelles réglementations entreront en vigueur pour les cyclistes professionnels. Les compétitions organisées par l'Union Cycliste Internationale (UCI) sont bien encadrées. Les changements concernent essentiellement la sécurité, les jets de déchets et les limitations de la piste sur route. La fédération mettra un point d'honneur à faire respecter ces règlements.

Parce que certaines modifications entravent leurs performances, les coureurs ne sont pas toujours d'accord. Pour rouler sans inquiétude, une assurance vélo est conseillée. Les garanties tous risques, responsabilité civile et dommages corporels sont un atout pour parer à toutes éventualités en phase de compétition.

Tout ce qui change pour les coureurs professionnels et leurs accompagnants

Pour les courses cyclistes sur chaussée, les barriérages est indispensables. L'UCI porte à la connaissance des organisateurs qu'une zone sécuritaire de 400 mètres protègera désormais la ligne d'arrivée. Des barrières en métal préalablement lestées seront placées sur 300 mètres avant et 100 mètres après. Seuls les coureurs, les accompagnants, les infirmiers, les organisateurs, les directeurs sportifs et les journalistes accrédités y auront accès.


Durant l'épreuve, l'article 2.2.015 des Règlements de l'UCI proscrit l'accès aux pistes cyclables, trottoirs et chaussées ne figurant pas sur le parcours initial. Le non-respect de cette norme expose le cycliste à des risques d'accident. Étant donné qu'il met les autres en danger, il fera l'objet de sanctions.

Concernant le ravitaillement, il est géré uniquement par le personnel d'accompagnement. Le contact se fait pied à terre, à un mètre du bord de la route. Et ce, sur un seul côté en veillant à respecter le sens de la circulation en vigueur dans la localité. Pour pouvoir se débarrasser des bouteilles et des emballages, les coureurs disposent de zones de déchets à proximité du point d'approvisionnement. Tous les 30 à 40 kilomètres se trouveront également des bacs à ordures. Cette nouvelle règle contribue au respect de l'environnement.

Se limiter à la position de base conventionnelle pour les courses

Pour gagner en vitesse et optimiser l'aérodynamisme, les cyclistes ont tendance à modifier leur position en roulant. Mais dorénavant l'UCI interdit la pratique du super-tuck. Cette posture consiste à quitter la selle pour venir se placer sur le cadre supérieur. Puis de se pencher pour augmenter la vitesse de descente. Il y a aussi une version privilégiée par les coureurs en ligne où les avant-bras s'appuient sur les guidons.

Il s'agit de mauvaises pratiques à ne pas enseigner aux apprentis, sous peine d'amendes ou de sanctions. Dans son article 1.3.008, la fédération internationale stipule que le coureur doit être en position de base sur le vélo, autrement dit en position assise. Cela sous-entend qu'il doit appuyer les mains sur le guidon, les pieds sur les pédales et le siège sur la selle. Cette dernière doit mesurer entre 24 et 30 cm.