L’attention accordée par les Français à leur smartphone est la même que celle qu’ils portent à la prononciation de leur prénom. C’est ce qu’a remarqué le neurologue Loulidi Jaouad, suite aux réactions générées par les appels téléphoniques et les notifications. Pour sa part, la neuropsychologue Siham Sanhaji indique que l’utilisation immodérée du portable impacte la concentration et les facultés intellectuelles.

À l'ère de l'hyperconnectivité, la consultation du smartphone compte désormais parmi les mini-réflexes du quotidien. En est-il de même de la souscription d'une assurance téléphone ? En tout cas, les applications mobiles ont remplacé les objets qui étaient auparavant indispensables pour s'organiser et recevoir des nouvelles. Elles n'ont pas seulement changé la manière d'accéder à l'information, mais aussi bouleversé le rapport au monde environnant.

Alors que des études sur les effets des portables sur la santé ont été effectuées, les neuroscientifiques estiment que ces appareils stimulent intensément le cortex préfrontal. Le Dr. Siham Sanhaji affirme même que le recours démesuré aux appareils mobiles peut favoriser la dégradation des fonctions cognitives.

Une santé et des performances cérébrales impactées

Les ondes électromagnétiques des appareils mobiles nuisent à certaines régions du cerveau, alerte le Dr. Siham Sanhaji :

Les champs électromagnétiques de radiofréquences peuvent avoir des effets néfastes sur le développement des performances de mémoire de régions spécifiques du cerveau exposées pendant l'utilisation des téléphones mobiles.

Outre l'intelligence fluide (logique, analyse et raisonnement), la mémoire de travail, qui permet de retenir un grand nombre d'informations pendant plusieurs minutes, peut être touchée. La population saura-t-elle, avec le temps, réduire les heures passées devant les appareils numériques au quotidien ?

Des chercheurs se sont aussi penchés sur la corrélation entre les champs électromagnétiques produits par les portables et le cancer du cerveau. La neuropsychologue précise que les utilisateurs les plus assidus ont deux fois plus de risques de contracter une tumeur gliale maligne ou bénigne.

Une source importante de stress et de distraction

Le réseau neuronal faisant fonctionner le système de récompense peut être perturbé par l'usage excessif du téléphone portable, avance le Dr. Siham Sanhaji. Dans le détail, recevoir un message ou une notification peut entraîner la sécrétion de dopamine dans le cerveau, ce qui le soumet inutilement au stress. Une fois que le neurotransmetteur en question aura agi, les conséquences tangibles sur l'organisme sont les suivantes :

  • Contraction des muscles ; 
  • Réaction des glandes sudoripares ; 
  • Accélération de la respiration et des battements du cœur.

Par ailleurs, il peut être difficilement envisageable de se concentrer sur une ou plusieurs tâche(s) sans consulter plusieurs fois le smartphone ou la tablette. La neuropsychologue précise que cet attachement démesuré aux appareils mobiles réduit l'attention. Cette dernière est automatiquement portée sur les portables même s'ils ne sont pas utilisés sur le moment.