Enfreindre les réglementations encadrant l’usage des trottinettes électriques peut coûter cher à Singapour. En effet, après le déferlement d’accidents ces derniers temps, l’autorité des transports du pays a décidé de prendre des mesures strictes. Il est désormais interdit aux conducteurs de ces nouveaux véhicules à deux roues de rouler sur les trottoirs.

Des conducteurs de plus en plus délinquants

Dans les villes de Singapour, l’utilisation de ces nouveaux engins électriques s’est rapidement démocratisée comme partout ailleurs dans le monde. Pour règlementer l’usage des trottinettes, l’autorité des transports de ce pays du sud-est de l'Asie a déjà obligé les conducteurs à les enregistrer et à limiter leur vitesse.

En dépit de l’intensification des contrôles et des actions de sensibilisation, les accidents, parfois mortels, ainsi que les incidents fâcheux comme les incendies sur des bornes de rechargement sont en hausse continue.

Cela suscite le courroux des piétons et des habitants qui réclament leur interdiction.

Pour lutter contre ce fléau, l’autorité des transports de Singapour a multiplié les mesures. Si auparavant, ces nouveaux engins n’étaient plus autorisés à circuler sur les routes, ils sont maintenant bannis des voies piétonnières. Il ne leur est permis de rouler que sur les pistes cyclables (peu fréquentes) et les allées reliant les parcs.

Une décision radicale

Dans un premier temps, le but est d’améliorer les comportements des usagers à travers des avertissements jusqu'à fin décembre.

Mais si le non-respect de cette nouvelle réglementation persiste, les sanctions vont durcir à partir de janvier 2020.

Les contrevenants s’exposeront à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux mois de réclusion et à une amende plafonnée à 2 000 dollars singapouriens, soit l’équivalent de 1 200 euros.

Dernièrement, des mesures de régulation de ces engins électriques ont été adoptées par de nombreux pays dans le monde, dont la France où des interdictions de ce genre ont été appliquées (limitation de vitesse à 25 km/h, interdiction de circulation sur les trottoirs…).

À Londres, les usagers doivent se munir d’un permis de conduire, d’une assurance trottinette électrique, d’un casque et d’une plaque d’immatriculation.