Pour encourager l’usage de moyens de transport propres, la capitale française multiplie les pistes cyclables. Le vélo se retrouve donc au cœur du projet de lutte contre la pollution urbaine. Mais contre toute attente, la bicyclette n’est pas très appréciée. Pour rejoindre leurs lieux de travail, les Parisiens privilégient les transports en commun.

Marquée par les mesures de confinement et les manifestations des compagnies de transport, l'année 2020 a modifié les comportements de mobilité. À Paris par exemple, de nouvelles infrastructures telles que les coronapistes ont été aménagées. Dans ce contexte, des solutions pratiques comme l'assurance vélo existent pour un déplacement sécurisé.

Pourtant, les citadins ne semblent pas s'intéresser à ce moyen de locomotion. Pour rejoindre leurs lieux de travail ou les centres commerciaux, les Parisiens préfèrent emprunter les transports en commun. Pour arriver à un tel constat, l'Insee a observé les différents modes de déplacement des habitants des grandes villes. Réalisée entre 2015 et 2020, l'étude s'est concentrée sur les grandes métropoles.


Comment se déplace-t-on à Paris??

La vie dans les grandes villes françaises est rythmée par le trafic. Ce n'est pas étonnant quand on sait que la majorité de la population se rend au travail en voiture. Cependant, ce n'est pas le cas à Paris. D'après l'Insee, 69 % des Parisiens prennent le métro, le tramway, le RER ou le bus pour aller travailler. Avec ce taux, la capitale française remporte le palmarès des villes les plus dépendantes du système de transport urbain.

Pour ce qui est des véhicules motorisés, ils ne sont utilisés que par 16 % des habitants. Enfin, ils ne sont que 5 % à effectuer le trajet domicile-travail en vélo.

Pour les plus sportifs, la marche à pied est une alternative intéressante. À noter que ce mode de déplacement est privilégié par 1 Parisien sur 10.

Aperçu de la situation dans les autres villes françaises

Pendant 5 ans, l'Insee a observé les différents modes de déplacement urbain dans les grandes villes de plus de 150?000 habitants. Pour se rendre sur leur lieu de travail, certains font de la marche ou se déplacent à vélo. D'autres choisissent les transports en commun ou les véhicules motorisés.

À Lyon, 40 % des habitants misent sur les transports en commun. Ils sont 37 % à opter pour un véhicule motorisé. La marche y est pratiquée à 15 %, contre 8 % pour le vélo.

Les seuls endroits où les deux-roues ont du succès sont Strasbourg et Grenoble avec un taux de 17 %. À Lille, seuls 6 % des habitants sortent leurs vélos pour aller travailler. Pour Rennes et Nantes, les statistiques affichent 10 %. À Toulouse et à Angers, on compte 8 % d'amateurs de cyclisme urbain.