Avec la crise sanitaire, la crainte d’une contamination au covid-19 dans les transports en commun et le temps perdu dans les bouchons sont autant de raisons qui ont poussé les citadins à privilégier le « vélotaf ». Cette nouvelle mode qui consiste à se rendre au travail à vélo a connu un essor grandissant un peu partout en France, notamment dans la région Franche-Comté.

Liberté, pratique, rapide, économique, écologique

Thomas Buhler, maître de conférences en aménagement de l'espace et urbanisme à l'université de Franche-Comté, a expliqué que:

Avec la crise sanitaire, beaucoup de conducteurs ont délaissé la voiture ou les transports en commun pour le vélo.

Selon lui,

D'après des sondages d'opinion effectués, beaucoup de mots comme liberté, sortie de l'enfance, pratique, rapide, économique, écologique sont rattachés au vélo dans l'esprit des gens.

La France accuse un important retard par rapport à ses voisins européens

À titre de comparaison, 60 % des déplacements quotidiens sont effectués à vélo à Copenhague au Danemark. Dans les villes françaises où les habitants pédalent le plus, comme Strasbourg, Nantes ou Bordeaux, ce taux s'élève à peine à 10 %.


Plusieurs raisons expliquent cet écart disproportionné, entre autres le manque ou l'insignifiance des infrastructures dédiées au vélo (pistes cyclables, parking à vélo) en France.

Dans les villes où la voiture règne en maître, il devient dangereux de se déplacer à vélo. À cela s'ajoute un autre problème de taille pour les cyclistes : les offres de services annexes, comme l'assurance vélo, les services d'entretiens et de réparations surtout pour les vélos électriques sont très faibles, voire inexistantes.

Environ cinquante ans d'efforts ont été investis aux Pays-Bas pour en faire le modèle européen actuel en matière de vélo. Au début des années 1970, il n'y avait quasiment aucun aménagement spécial pour les bicyclettes, mais le nombre élevé d'accidents mortels sur les routes et le premier choc pétrolier de 1973 ont servi de déclic. De nos jours, la ville d'Amsterdam est complètement remodelée pour recevoir convenablement les piétons, les vélos et les transports en commun.

D'après Thomas Buhler,

Le pont Battant de Besançon résume à lui tout seul la problématique de l'aménagement dans les villes. On sait que c'est le lieu où il y a le plus de passages de vélos dans tout le Grand Besançon et pourtant son aménagement ne suit pas cette tendance.

Cependant, les autres utilisateurs comme les automobilistes, les piétons, les trams, ont eu leurs lots d'infrastructures. Pour les cyclistes, les signalisations sont floues, les marques au sol également...