En Russie, les chiffres de ventes de voitures neuves en octobre dernier ont baissé de 5,3 % par rapport à l’année dernière. Il s’agit du septième mois consécutif au cours duquel les résultats dans le secteur ont accusé un recul considérable. Cette tendance confirme la faiblesse du pouvoir d’achat des populations et la complexité de l’année en cours.

D’après l'AEB (Association of European Businesses), les ventes de voitures neuves légères et d’utilitaires en Russie se sont chiffrées à 152 057 le mois dernier. L’association regroupe les principaux industriels évoluant sur ce marché. Elle dispose ainsi des compétences nécessaires pour anticiper les futures stratégies des différents acteurs du secteur.

Avec ces résultats, tout observateur se rendra compte d’une érosion lente, mais progressive, des volumes de ventes. Joerg Schreiber, directeur du comité automobile de l'AEB, a d’ailleurs noté ce phénomène, dans un communiqué publié récemment. En tout cas, les consommateurs doivent se montrer plus vigilants par rapport aux retombées de leur décision de changer de voiture.


Des prévisions revues à la baisse

Au cours du mois de septembre dernier, l'AEB a revu à la baisse les chiffres de vente annoncés cette année. Le volume prévu est ainsi passé de 1,87 à 1,76 million de véhicules en un an. Les constructeurs concernés, qui ont connu un bond de 12,8 % l’an dernier, sont donc passés d’une perspective de croissance de 3,8 % à une projection de recul des ventes de 2,3 %.

Pour expliquer les mauvais résultats de 2019, les constructeurs ont notamment invoqué les problèmes de ventes liés à la hausse de la TVA entrée en vigueur au 1er janvier dernier. Toutefois, les professionnels du secteur s'inquiètent surtout d'une tendance grave liée à la stagnation économique actuelle et aux difficultés financières rencontrées par les Russes qui ne cessent de perdre du pouvoir d’achat depuis cinq ans.

Un marché très sensible

Avec un effet considérable sur une comparaison assurance, le marché automobile en Russie a pulvérisé de nombreux records en 2012. Depuis, le chiffre de ventes dans le secteur s’est effondré sur tout le territoire. La croissance est néanmoins revenue en 2017, grâce à un rebond surprenant du système économique.

Cette tendance encourageante s’est toutefois essoufflée depuis le début de cette année. De ce fait, les chiffres de vente ont de nouveau rapidement baissé. Par exemple, Lada, leader du marché automobile russe, a enregistré son plus important recul depuis trois ans en octobre dernier. La baisse s’est établie à 6 % pour cette marque. Pour rappel, il s’agit d’une propriété de l'Alliance Renault-Nissan à travers sa maison mère Avtovaz.

Comment cette situation évoluera-t-elle ?