Comment assurer ses tableaux et objets de valeur ?
un service de meilleurtaux.com

Comment assurer ses tableaux et objets de valeur ?

Nombreux sont les Français non collectionneurs à posséder toutefois un objet de valeur, un tableau, une sculpture… qu’ils négligent cependant d’assurer, pensant que leur multirisque habitation suffit. Or, c’est loin d’être toujours le cas et les exclusions de contrat sont nombreuses. Faisons le point sur l’assurance des objets d’art et de valeur.

Assurance des tableaux, objets d'art et objets de valeur

L'assurance habitation classique

Définition d'un objet de valeur

Tout d'abord sachez que les définitions peuvent varier d'un assureur à l'autre et ne sont pas fixées par le Code des assurances. Certains contrats rassemblent tous les biens sous la dénomination « objets de valeur » tandis que d'autres font la différence entre les « biens précieux » (bijoux, métaux précieux, lingots…) et les « objets de valeur »  Nous parlerons ici uniquement de ces derniers, pour ce qui des biens précieux, référez-vous à notre guide correspondant.

Sont considérés comme des objets de valeur : tableaux, sculptures, statues, mobiliers rares anciens ou design, ornements ainsi que certains accessoires composés de métaux précieux, fourrures et tapis, peaux, manuscrits et livres anciens, vases et porcelaine… les autres biens entrent dans la catégorie « mobilier courant ». Cette liste peut varier selon les contrats.


Les contrats d'assurance apportent cependant des conditions : pour qu'un bien soit considéré comme un « objet de valeur » la valeur en euros de ce dernier doit être supérieure à un certain montant, qui peut varier selon la nature du bien (tableau ou mobilier par exemple) et selon les assureurs. Il faut donc impérativement vous reporter à votre propre contrat pour savoir si votre oeuvre est considérée comme un objet de valeur.

L'extension de garantie obligatoire

Il y a très peu de chances qu'un contrat d'assurance habitation classique couvre vos objets de valeur : il faudra impérativement souscrire à l'option « objets de valeur ». Ainsi vos objets d'art, tableaux et sculptures seront couverts en cas de dégât des eaux, incendie, vol, bris de glace, vandalisme, tempête et catastrophes naturelles.

Les exclusions et limites du contrat multirisque habitation

Même en souscrivant cette extension de garantie de nombreuses exclusions demeurent. Ainsi, ne seront pas couverts en cas de vol, dommages, sinistres… :

  • Les objets situés dans les dépendances (véranda, cabanon…) et tout grenier, cave, non relié directement à l'habitation principale.
  • Même si l'option « vol en dépendance » est souscrite, cette garantie ne concerne que le mobilier courant et non les objets de valeur et spiritueux.
  • Les collections ne sont pas couvertes.
  • Le vol des objets de valeur situés dans les lieux donnés en location ou ouverts au public ne sont pas garantis.
  • La maladresse (vase renversé, tableau qui se décroche de son socle…) ou tout accident sans tiers identifié.
  • Il est courant que les inondations ne soient pas prises en compte, sauf si déclarées catastrophe naturelle.
  • Pour la garantie vol : elle est suspendue pendant les périodes d'inhabitation, à compter d'un nombre fixé de jours d'absence par selon l'assurance (généralement, entre 30 et 60 jours par an non consécutifs.)

Ces exclusions peuvent toutefois varier selon les contrats. Les objets ne sont souvent pas garantis selon leur valeur à neuf mais leur valeur d'usage, autrement dit, un quotient de vétusté sera appliqué.


Enfin, les objets de valeur ne sont garantis que selon un pourcentage du capital seulement. Si votre capital mobilier général est de 80 000 € par exemple, il est possible que la couverture des objets de valeur soit limitée à un montant de 10 000 €, 15 000 € ou 20 000 €. Certaines multirisques permettent cependant d'élever ce montant.

Alarmes et sécurité

L'assurance peut conditionner l'application des garanties par la mise en place de mesures de sécurité comme une alarme, des serrures renforcées ou le placement de certains objets dans des coffres-forts. Les exigences en matière de sécurité dépendent à la fois des objets, de leur valeur et de l'assureur.

Les « objets sensibles »

Depuis quelque temps une nouvelle garantie a vu le jour, permettant de couvrir les « objets sensibles. » Il s'agit ni plus ni moins des objets technologiques dont vous pouvez être le propriétaire : ordinateur, home cinéma, Hi-fi, matériel photo et vidéo…

Les multirisques classiques n'assurent pas, ou mal, les objets de valeur qui dépassent les 30 000 € environ. Plusieurs solutions existent alors : la multirisque habitation prestige ou les contrats spécifiques d'objets d'art.

Les contrats spécifiques « objets d'art »

Que vous ne possédiez qu'un seul objet d'art de très grande valeur ou plusieurs, il existe des contrats spécifiques « objets d'art » généralement commercialisés via des courtiers spécialisés. Cette fois les dommages causés par la maladresse sont couverts, mais aussi les dommages causés lors une opération de restauration, de nettoyage ou d'encadrement d'un tableau, d'exposition dans une demeure prêtée ou louée, de transport (pour une exposition par exemple).


Certains assureurs peuvent même, en cas de dommages irréparables, se rapprocher de l'artiste si celui-ci est encore en vie pour lui demander de refaire l'œuvre à l'identique. Ces assurances sont généralement très flexibles : un meuble lourd et ancien peu exposé au vol sera par exemple surtout garanti contre les dommages accidentels et les incendies.

La particularité du mobilier est que celui-ci est souvent évalué en fonction de sa valeur d'usage par les multirisques habitations, bien inférieure à la valeur réelle. Souscrire une assurance spécifique permet de l'évaluer en fonction de sa valeur de réalisation ou de remplacement à neuf.

Si vous possédez beaucoup d'objets rares il est possible de les regrouper et de les assurer en tant que collection.

Deux modes de souscriptions possibles

Les contrats spécifiques peuvent être souscris selon deux modes :

  • En valeur déclarée : c'est à l'assuré de fournir la preuve de l'authenticité du bien lors d'un sinistre, et non à la signature du contrat. L'assuré doit donc avoir rassemblé les éléments nécessaires préalablement et avoir fait estimer, par exemple, les objets dont il a hérité car il ne dispose pas de facture. Dans le cas contraire, une fois le bien détruit à cause d'un sinistre, il ne pourra prouver son existence et son authenticité. Le remboursement se fait ensuite sur le prix en salle de ventes d'un objet similaire au jour du sinistre.

  • En valeur agréée : une expertise est menée à la signature du contrat pour estimer chacun des objets de valeur. Lors d'un sinistre l'assurance est alors tenue d'indemniser l'objet à partir de cette valeur, que la côte ait diminuée ou augmentée entre temps, ce pour quoi il peut être utile de procéder à une nouvelle expertise de temps à autre.


La multirisque habitation haut de gamme

La multirisque habitation haut de gamme est à privilégier si la valeur de vos objets dépasse les 150 000 / 250 000 € au moins. Dans ce genre d'assurance haut de gamme œuvres d'art et logement sont assurés sans distinction et les biens ne sont pas définis car, bien souvent, les objets de valeur peuvent être utilisés comme mobiliers (un secrétaire Empire par exemple).

Votre patrimoine est couvert jusqu'à un montant de 300 000 euros ou plus selon les assureurs. Vous serez alors remboursé sur la base de la valeur à neuf du bien sans vétusté en cas de vol, sinistre, chute, casse, perte…

Inventaire et authentification

Que ce soit dans le cas d'une multirisque habitation classique ou d'un contrat spécifique, et même si l'assureur ne vous le demande pas, il est très important de réaliser un inventaire de vos biens et de les faire authentifier afin d'être convenablement indemnisé :

  • Inventaire : pour chaque objet et tableau prenez de nombreuses photos (les détails qui permettent d'identifier le bien, éraflure, inscriptions…) et rédigez-en une description précise (poids, forme, couleur, titre du tableau…)

  • Authentification : elle est généralement à vos frais et non à ceux de l'assureur. L'authentification peut se faire en même temps que l'inventaire avec l'aide d'un expert qui évaluera la valeur des objets. Cette expertise peut être reconduite régulièrement afin de réévaluer les biens dont la côte peut baisser ou augmenter.

Conservez en lieu sûr les factures, certificats d'authentification et attestations d'experts, dans un coffre à la banque par exemple ou en les faisant tout simplement parvenir à l'assureur afin qu'il en conserve une copie.


Ce guide s'intègre dans un dossier dédié aux assurances des biens précieux, collections et objets de valeur :

Avis clients LeComparateurAssurance.com : 9.0 / 10 (529 avis clients sur Avis-Vérifiés)