Assurance habitation colocation : les règles

L'assurance habitation des colocataires est obligatoire selon l'article 7 de la loi n°89-462 du 6 juillet 1989 relative aux rapports locatifs. Elle impose aux locataires de s'assurer contre les risques locatifs.

Si vous n'êtes pas assuré, le propriétaire refusera probablement de vous louer votre maison ou votre appartement. Il vous demandera une attestation d'assurance à la signature du contrat de location, puis chaque année à la date anniversaire du bail. Si vous n'êtes pas en mesure de répondre à sa demande, deux solutions peuvent être envisagées :

  • Le bailleur résilie purement et simplement le bail pour défaut d'assurance ;
  • Il souscrit pour votre compte une assurance habitation pour la location. Il répercute ensuite le montant de la prime sur les loyers chaque mois et peut majorer la cotisation de 10 % pour les démarches engagées.

Chaque colocataire peut souscrire son propre contrat assurance habitation. Le mieux, dans ce cas, est alors que les colocataires souscrivent auprès de la même compagnie d'assurance. Cela évitera bien des tracas et des litiges en cas de sinistre.


Mais il est également possible pour eux de souscrire un contrat commun. Le nom de tous les colocataires devra alors figurer sur le contrat. Mais sachez qu'en cas de sinistre, de la faute de l'un ou de l'autre, ils seront solidairement responsables. Ainsi, l'assureur aura le choix de se retourner contre l'assuré de son choix par exemple en cas de non-paiement, ou de demande de recours s'il y a faute prouvée ou fausse déclaration.

Enfin, les colocataires peuvent souscrire un contrat commun contre les différents sinistres liés au logement, puis un contrat d'assurance responsabilité civile individuel pour se couvrir en cas de dommages causés, qu'il s'agisse de dommages corporels ou de dommages matériels.

La manière de vous assurer peut dépendre de la nature du bail qui peut être collectif ou individuel.

Assurance habitation colocation : les garanties

La seule garantie à souscrire est la garantie responsabilité civile locative. Un seul locataire, au minimum, doit souscrire cette garantie pour satisfaire aux exigences du propriétaire. Mais, comme indiqué ci-dessus, il est préférable pour tous les locataires d'être couverts. Seront alors pris en charge les risques locatifs, autrement dit :

  • Les dégâts des eaux ;
  • Les explosions ;
  • Les incendies.

En cas de sinistre, votre assurance permettra alors au propriétaire d'être indemnisé contre les dommages occasionnés à son bien immobilier.


Il existe également d'autres garanties facultatives, vivement conseillées cependant, qu'il s'agisse de location individuelle ou de colocation.

C'est le cas de :

  • La garantie « dommages aux biens », qui vous permettra d'être indemnisé en cas de perte de vos biens matériels lors d'un sinistre. Mais, l'indemnisation est toujours plafonnée et le remboursement se fait souvent en fonction de la vétusté des biens, sauf si vous optez pour le rééquipement à neuf ;
  • La garantie « recours de voisins » : celle-ci vous protège contre les dommages que vous pourrez occasionner aux logements voisins. En cas de dégât des eaux qui se déclare chez vous, mais qui s'étend aux autres habitations, cette garantie permettra l'indemnisation des voisins ;
  • Le vol, la tentative de vol, le cambriolage et le vandalisme ;
  • La protection juridique qui peut s'avérer très utile en cas de litige avec un colocataire ou avec le propriétaire bailleur ;
  • Le bris de vitre qui peut, selon les contrats d'assurance habitation, prendre en charge les vitres du logement et les vitres des biens mobiliers ;
  • La garantie couvrant les extérieurs (dépendances, piscine, mobilier de jardin, clôtures, etc.) ;
  • La panne d'électroménager.

Choisissez vos garanties en fonction de vos besoins, mais soyez toujours attentif aux clauses d'exclusion et aux montants des indemnisations ainsi qu'aux franchises. Ne soyez pas influencé par le fait que vous soyez en colocation : la souscription d'un contrat d'assurance habitation (contrat contre les risques locatifs ou contrat d'assurance multirisques habitation) doit être dictée par les mêmes règles que si vous étiez seul.

Comparer pour trouver l'assurance colocation la moins chère

Sachez que vous pouvez comparer les prix des différents contrats d'assurance habitation colocation via un comparateur d'assurance sur internet.

C'est simple, rapide, gratuit et sans engagement. L'objectif est de réaliser d'importantes économies chaque année en vous assurant de souscrire le contrat le moins cher à garanties équivalentes. Comment procéder ? C'est facile, vous remplissez un formulaire et obtenez les offres de différentes compagnies d'assurance du marché. Vous étudiez les garanties proposées et sélectionnez les contrats qui répondent véritablement à votre besoin spécifique selon la nature de votre logement. Ensuite, vous comparez les prix afin de souscrire l'assurance la moins chère à garanties équivalentes.


Une fois le meilleur contrat choisi, il vous faudra simplement informer votre assureur que vous serez l'un des « colocs », et indiquer les noms de tous vos colocataires, sauf si vous souscrivez un contrat individuel.

Les assureurs doivent vous remettre une attestation de la souscription du contrat puis à chaque renouvellement. Car, si dans le délai d'un mois à partir de la signature du bail, vous ne présentez pas l'attestation à votre bailleur, celui-ci peut dénoncer le bail et l'annuler.

Résilier un contrat d'assurance habitation en colocation

Vous avez comparé les offres et vous vous apercevez que vous payez actuellement trop cher ? Si votre contrat a plus d'un an, la loi Hamon vous permet de le résilier à tout moment. Pour cela, rien de plus simple, vous envoyez un courrier recommandé avec accusé de réception à votre assureur, vous n'avez pas à motiver votre décision. La résiliation est effective sous 30 jours, ce qui vous laisse largement le temps de souscrire la meilleure offre.