Hypothèque de maison : définition

Il s'agit de l'une des garanties que la banque peut vous demander lorsque vous souscrivez un crédit immobilier. Vous vous engagez sur une longue durée et une somme importante est en jeu, la banque doit pouvoir s'assurer qu'en cas de défaut de paiement, elle pourra récupérer la somme prêtée.

Très concrètement, si vous ne pouvez plus payer les mensualités de votre bien immobilier, la banque peut saisir votre bien s'il a été hypothéqué. Vous pouvez toutefois prendre les devants et vendre vous-même votre bien afin de rembourser le crédit et de lever automatiquement l'hypothèque.

Bon à savoir : l'hypothèque peut porter sur le bien que vous souhaitez acheter ou sur un autre bien constituant votre patrimoine immobilier.


Comment mettre en place l'hypothèque de votre maison ?

La mise en place de l'hypothèque de votre maison se réalise devant un notaire. C'est un acte officiel.

Hypothèque maison : durée et coût

L'hypothèque a pour vocation d'assurer la banque qu'elle pourra récupérer la somme prêtée en cas de défaillance de votre part. Très logiquement, l'hypothèque cesse naturellement lorsque le crédit immobilier est remboursé. L'hypothèque peut également être levée si vous vendez le bien.

Bon à savoir : l'hypothèque reste inscrite un an après la fin du crédit, elle s'arrête ensuite sans aucune formalité. L'inscription de l'hypothèque ne peut excéder 50 ans.

Le coût est variable selon la nature du bien et le coût du crédit. Vous devrez payer des frais de notaire constitués des émoluments du notaire (qui correspondent à ses revenus) et des divers frais engagés ainsi que des taxes versées à l'État. On parle ici de taxe de publicité foncière et de contribution de sécurité immobilière.

Hypothèque maison : les alternatives

Si vous ne souhaitez pas prendre le risque d'hypothéquer votre maison, vous pouvez opter pour deux autres solutions : le privilège de prêteur de deniers et le cautionnement.

Le privilège du prêteur de deniers permet au prêteur d'être prioritaire en cas de défaillance. Ainsi, par exemple, si vous ne pouvez payer les mensualités de votre crédit et que votre bien est vendu, c'est le prêteur qui sera indemnisé en premier.


Le cautionnement consiste, pour l'emprunteur, à demander à l'un de ses proches de s'engager en cas de défaut de paiement. Toute personne peut se porter caution dès lors qu'elle est majeure. C'est un acte lourd, la banque devra s'assurer que cette personne nommée "caution" sera apte financièrement à assumer les mensualités du crédit immobilier le cas échéant.

Hypothèque de maison : et si vous souscriviez une assurance emprunteur ?

L'hypothèque a pour vocation de permettre à l'organisme prêteur d'être assuré de ne pas perdre d'argent en cas de défaut de paiement. Si vous souscrivez un prêt immobilier, vous allez, en parallèle, souscrire une assurance emprunteur. C'est elle qui va vous permettre d'être protégé en cas d'accident de la vie (incapacité de travail, perte d'autonomie, décès, etc.). Dès lors que cette assurance emprunteur peut prendre le relais, le risque de perdre votre maison est moindre.

Attention toutefois : il existe des délais de carence et de franchise dans le cadre de l'assurance emprunteur. De plus, cette garantie est assez chère, surtout si vous la souscrivez auprès de votre établissement bancaire.

La loi Lagarde permet la délégation d'assurance emprunteur et ainsi de souscrire un contrat chez n'importe quel assureur. La loi Hamon permet de changer dans les 12 mois qui suivent la souscription. L'amendement Bourquin permet de changer d'assurance emprunteur tous les ans à la date anniversaire du contrat. Autant de possibilités qui vous permettent de payer votre assurance moins chère.

Utilisez un comparateur d'assurance emprunteur, vous allez pouvoir réaliser des économies très importantes et bénéficier de garanties très protectrices qui vous permettront de conserver votre bien si vous êtes dans l'incapacité physique de subvenir à vos besoins et donc, de rembourser votre crédit immobilier.