Fonctionnant avec des garanties identiques aux assurances automobiles standards, l’assurance auto au kilomètre, basée sur une tarification selon l’utilisation réelle du véhicule, peut être avantageuse pour ceux qui roulent peu.

La généralisation du télétravail en France depuis la crise sanitaire mais aussi la flambée des prix du carburant et la montée de l'inflation ces derniers mois incitent les automobilistes à laisser davantage la voiture au garage. Il y a aussi les détenteurs d'un second véhicule utilisé occasionnellement, les rouleurs qui ne prennent le volant qu'à certaines périodes (vacances ou week-ends par exemple) et les jeunes conducteurs : l'assurance auto au kilomètre pourrait bien réduire leur budget auto.

Pay As You Drive, Pay How You Drive : les différents types d'assurance auto au kilomètre

L'assurance auto au kilomètre permet de fixer à l'avance le montant de la prime en fonction du kilométrage. De 4 000 à 10 000 km parcourus au maximum en un an, chaque assureur a sa définition du ‘'petit rouleur''. Un premier type d'assurance, fondé sur le forfait kilométrique, est disponible, où l'assuré s'entend avec son assureur pour fixer la distance maximale à parcourir en une année.


S'il dépasse le kilométrage prévu, il acquitte un supplément. A l'inverse, si le kilométrage parcouru est inférieur à ce qui avait été prévu, l'assureur accorde à l'assuré une réduction sur la prime d'assurance. Dans l'optique de notifier à son assureur la distance parcourue en un an, le conducteur est invité à se rendre chez un garagiste partenaire à l'échéance annuelle pour un relevé du compteur ou à envoyer une photo de son compteur.

Le Pay as You Drive (Payer en fonction de votre conduite) est une autre catégorie d'assurance au kilomètre, réglée mensuellement. Pour faire appel au Pay as You Drive, Il est indispensable que le véhicule soit relié à un dispositif servant à communiquer des informations à son assureur. Différents types de dispositifs existent : boîtier électronique fourni gratuitement par l'assureur à brancher dans l'habitacle du véhicule, boîtier déjà intégré au véhicule, utilisation d'un smartphone. Des capteurs destinés à enregistrer des données peuvent aussi être installés.

Grâce au dispositif, l'assureur a connaissance du nombre de kilomètres parcourus, de la durée de conduite, de la fréquence d'utilisation du véhicule, voire de la vitesse. A partir de ces informations, il détermine chaque mois le montant de la prime. A minima, si un véhicule ne circule pas pendant un laps de temps, son propriétaire est redevable du « forfait parking » car le véhicule demeure exposé à certains risques malgré son stationnement.


Autre catégorie d'assurance connectée, le Pay How You Drive va plus loin dans le recueil d'informations qu'un simple relevé kilométrique. Par exemple, le boîtier enregistre si le véhicule n'est pas utilisé le samedi soir, si le conducteur s'astreint à une pause toutes les deux heures, s'il limite sa vitesse, etc. Ces comportements vertueux sont ensuite récompensés par des baisses de tarifs.

Tout l'intérêt d'une assurance au kilomètre est de ne pas dépasser le plafond du kilométrage déterminé avec l'assureur ou, à tout le moins, de le dépasser de peu. Certains assureurs proposent des recharges kilométriques valables pendant l'année si l'on roule plus que prévu. Cependant, en cas de dépassement important, le prix au kilométrage peut être revu à la hausse et la formule peut s'avérer financièrement moins intéressante qu'une assurance standard. Bien considérer les offres au kilomètre en ayant, si possible, une idée assez précise du kilométrage à parcourir dans les mois à venir avec son véhicule est donc primordial.

Une formule qui n'a pas encore rencontré le succès

Le « public » de l'assurance au kilomètre demeure confidentiel puisque seulement 50 000 contrats d'assurance automobile souscrits en France sont des offres ‘'Pay How You Drive'' qui génèrent au maximum une réduction de 30 %, selon Wavestone. Ce cabinet de conseil cite deux freins au développement de l'assurance au kilomètre en France. D'une part, les tarifs de l'assurance automobile sont bas, la prime annuelle moyenne se situant autour de 620 € pour une formule tous risques et il existe d'autres leviers pour bénéficier d'une réduction.

D'autre part, les automobilistes français ont des réticences à partager leurs données de conduite. Toutefois, le coût moyen d'une prime d'assurance pour les 18-25 ans est d'environ 1 500 € pour une formule tous risques (approximativement 850 € pour une assurance auto au tiers), une surprime étant systématiquement appliquée aux jeunes conducteurs. Cette génération étant très tournée vers la technologie et moins soucieuse de l'usage de ses données personnelles, on comprend dès lors pourquoi l'assurance au kilomètre s'adresse avant tout aux jeunes conducteurs.