Qu'est-ce que l'assurance au tiers ?

La formule au tiers est la couverture la plus simple, mais c'est aussi et surtout celle qui est obligatoire. Selon l'article L. 121-1 du Code des assurances, tout véhicule terrestre à moteur doit être couvert par une assurance au tiers.

Elle inclut la garantie responsabilité civile. Cette garantie de votre assurance auto s'applique en cas d'accident responsable. Si le tiers est victime de dommages matériels ou de dommages corporels, c'est votre assurance responsabilité qui l'indemnise.

Vous êtes responsable d'un accident : que couvre l'assurance ?

Si vous avez souscrit uniquement une assurance au tiers simple, l'assurance ne couvre que la victime et les dommages subis. En clair, votre responsabilité étant engagée, votre compagnie d'assurances ne va pas vous proposer d'indemnisation pour les dommages causés à votre voiture.


Cette assurance obligatoire est donc insuffisante. Elle est, la plupart du temps, souscrite par des conducteurs qui ont une voiture ancienne de peu de valeur et souhaitent réduire le montant de leur prime d'assurance.

Vous n'êtes pas responsable : que se passe-t-il ?

À l'inverse, si c'est le tiers qui est responsable de l'accident, quelle que soit la formule d'assurance auto que vous avez souscrite, ce n'est pas celle-ci qui intervient. Les dommages subis seront indemnisés par l'assurance du responsable de l'accident qui prendra, là encore, en charge les dommages matériels et corporels.

L'assurance au tiers en cas d'accident non responsable n'est donc pas utile, même si elle reste obligatoire.

Accident et défaut d'assurance : les conséquences

C'est une situation plus problématique. L'assurance auto étant obligatoire, dans un premier temps, vous serez sanctionné si vous n'êtes pas assuré. Sans récidive et sans autre infraction commise en même temps que le défaut d'assurance, vous paierez une amende forfaitaire de 500 € qui peut être minorée à 400 € et majorée à 1 000 €.

D'autre part, si vous êtes responsable d'un accident et que vous n'avez pas souscrit d'assurance au tiers, c'est le fonds de garantie des assurances obligatoires, le FGAO, qui vient indemniser la victime. Vous pensez que le problème est alors résolu ? Il n'en est rien. En effet, le FGAO va ensuite se retourner contre vous pour vous demander de le rembourser. Ce fonds peut même appliquer une majoration.


En clair, le défaut d'assurance est un risque majeur qui peut mettre en péril votre situation financière sur le long terme.

Des garanties complémentaires pour une meilleure protection

L'assurance au tiers n'étant pas suffisante, vous avez la possibilité de souscrire un contrat d'assurance plus protecteur. Deux solutions vous sont alors offertes :

  • l'assurance au tiers complémentaire : il s'agit d'une assurance qui, au-delà des garanties de base, vous propose des garanties complémentaires telles que l'incendie, le bris de glace ou encore le vol et la tentative de vol, voire le vandalisme. Elle peut inclure d'autres garanties telles que les catastrophes naturelles et les événements climatiques (tempête, grêle, etc.) ;
  • l'assurance tous risques est la formule d'assurance la plus complète. Elle assure tous les risques grâce à la garantie dommages tous accidents. Cette fois, même en cas d'accident responsable, votre assurance prend en charge vos réparations ou procède à une indemnisation si votre véhicule est inutilisable. Elle tient alors compte de la vétusté, sauf si vous avez souscrit la garantie valeur à neuf.

Certaines garanties sont ensuite proposées en option, nous pouvons par exemple citer :

  • la garantie assistance panne 0 km, qui permet une prise en charge (réparations sur place ou remorquage) même devant votre domicile ;
  • la garantie prêt de véhicule : un véhicule de remplacement vous est confié gratuitement le temps des réparations.

Le prix d'une assurance au tiers

Le montant de la cotisation d'une assurance au tiers est peu élevé dans la mesure où le niveau de garantie est faible. La compagnie d'assurances tient en effet compte du risque et du montant de la prise en charge en cas de sinistre.

Elle tient aussi compte des éléments suivants :

  • le modèle et la marque du véhicule ;
  • la date de première mise en circulation ;
  • le kilométrage au compteur ;
  • le kilométrage annuel envisagé ;
  • l'utilisation (personnel, domicile/travail, professionnel) ;
  • le lieu de stationnement la nuit ;
  • le profil du conducteur, étant entendu qu'un jeune conducteur paie une surprime due à son inexpérience. Un conducteur avec un malus va aussi payer une surprime.

Comparer pour trouver une assurance au tiers pas chère

Si l'assurance au tiers est la formule la moins chère, cela ne signifie pas que vous deviez souscrire le premier contrat venu. Avant toute souscription d'un contrat d'assurance auto, il est plus que conseillé de comparer les offres. Notre comparateur d'assurances vous permet d'obtenir les formules de garanties et les prix de différents assureurs afin de souscrire, à garanties équivalentes, le contrat le moins cher. Vous réalisez ainsi des économies importantes.

Faire un comparatif vous fera peut-être prendre conscience du fait que l'assurance au tiers complémentaire, voire l'assurance tous risques, n'est peut-être pas si chère au regard du niveau de garantie proposé. Vous pourriez alors espérer être indemnisé en cas de sinistre.