Les différentes conduites accompagnées

On distingue trois types de conduites accompagnées, à savoir la conduite supervisée, la conduite encadrée et l'apprentissage anticipé de la conduite.

La conduite supervisée

Cette conduite accompagnée permet aux candidats âgés au minimum de 18 ans d'acquérir de l'expérience avant même de passer l'examen du permis de conduire. Il leur suffit de s'inscrire dans une auto-école, de suivre la formation théorique (le Code de la route) et la formation pratique (20 heures de conduite avec un moniteur).

Dès lors que le code est obtenu et que la formation pratique est achevée, au lieu de tenter de passer son examen, le candidat peut passer par une phase de conduite dite "supervisée" avec un accompagnateur qui peut être un parent, un proche, etc. Cette solution permet de mieux maîtriser la conduite, et ce, sans surcoût.


Bon à savoir : il est possible d'opter pour la conduite supervisée avant l'examen, mais aussi en cas d'échec afin de mettre toutes les chances de son côté pour obtenir son permis de conduire.

La conduite encadrée

Cette fois, cette solution s'adresse aux candidats âgés de 16 à 18 ans qui suivent une formation professionnelle et qui ont besoin d'obtenir leur permis de conduire dès 18 ans. Cette conduite encadrée permet de conduire des véhicules légers ou lourds.

Le candidat doit préparer un diplôme professionnel de l'éducation nationale et obtenir l'accord de son chef d'établissement. La formation se déroule pendant sa formation scolaire. Dès lors qu'il obtient le permis B, il peut conduire avec un accompagnateur pour améliorer sa conduite. Il ne pourra conduire seul qu'à partir de 18 ans

L'apprentissage anticipé de la conduite

C'est cette formation que l'on appelle communément la conduite accompagnée. À tort d'ailleurs puisque, nous l'avons vu, il existe trois types de conduites accompagnées.

L'apprentissage anticipé de la conduite s'adresse aux personnes de plus de 15 ans. Le candidat doit suivre une formation théorique et pratique (20 heures de conduite avec un moniteur d'auto-école). Dès lors qu'il obtient l'examen et que son moniteur atteste de la qualité de sa conduite, il délivre une attestation de fin de formation initiale (AFFI). Il peut alors commencer à conduire avec un accompagnateur qui doit être titulaire du permis B depuis au moins 5 ans. 


Quid de l'assurance auto durant la conduite accompagnée ?

Lorsqu'un candidat souhaite opter pour la conduite accompagnée, il est nécessaire d'informer l'assurance auto des personnes dont il conduit le véhicule. Cela permet à l'assureur de maîtriser le risque et d'appliquer, si elle le souhaite, un éventuel surcoût. Mieux vaut ne pas prendre le risque de ne pas prévenir votre compagnie d'assurance. De fait, en cas d'accident, s'il est avéré que c'est le jeune en conduite accompagnée qui était au volant, l'assureur pourrait tout simplement refuser de procéder à l'indemnisation.

Bon à savoir : la compagnie d'assurance peut parfaitement refuser la demande d'extension de garantie dans le cadre de la conduite accompagnée. Ce sera le cas si le candidat a déjà été condamné pour homicide et blessures involontaires, conduite sous l'emprise de l'alcool, délit de fuite ou encore refus d'obéir aux forces de l'ordre. 

Conduite accompagnée : les avantages

Si toutes ces solutions permettent d'acquérir une expérience plus solide, c'est l'apprentissage anticipé qui offre le plus d'avantages.

De fait, en optant pour cette conduite accompagnée, au-delà des chances plus importantes de réussir votre examen, vous réduisez votre période probatoire. Tandis que les personnes ayant passé le permis de conduire classique ont une période probatoire de 3 ans, l'apprentissage anticipé de la conduite n'impose qu'une période probatoire de deux ans


Concrètement, pour un conducteur classique ou un candidat ayant opté pour la conduite supervisée, le capital de départ est de 6 points. Sans infraction, vous gagnez 2 points par an. Dans le cadre de l'apprentissage anticipé de la conduite, ce sont 3 points que vous gagnez chaque année.

L'autre avantage majeur est le prix de l'assurance auto comme nous allons le voir de suite.

Quelle assurance auto pour un jeune conducteur ?

Le jeune conducteur est considéré comme un conducteur à risque en raison de son manque d'expérience. Ainsi, il doit payer une surprime conséquente durant sa période probatoire.

Pour un conducteur qui a passé le permis de conduire de manière traditionnelle, la surprime est calculée comme suite :

  • 100 % la première année ;
  • 50 % la deuxième année ;
  • 25 % la troisième année.

Concrètement, tandis qu'un conducteur expérimenté paiera 400 €, l'assurance auto du jeune conducteur sera de 800 € la première année, 600 € la deuxième année et 500 € la troisième année.

La conduite accompagnée permet de faire des économies sur son assurance auto. En effet, cette fois, la compagnie d'assurance estime que le jeune conducteur a un minimum d'expérience (l'apprentissage anticipé de la conduite impose de rouler plus de 3 000 km). Cette fois, la surprime est calculée comme suit :

  • 50 % la première année ;
  • 25 % la deuxième année ;
  • 12,5 % la troisième année.

Ainsi, si l'on reprend l'exemple donné précédemment, la prime d'assurance auto n'est que de 600 € la première année au lieu de 800 €. L'économie est réelle.


Comment trouver une assurance auto après sa conduite accompagnée ?

Si l'apprentissage anticipé de la conduite vous permet de faire des économies sur votre assurance auto, sachez que vous pouvez encore aller plus loin. De fait, en utilisant un comparateur d'assurance auto, vous allez pouvoir faire baisser le montant de votre prime. C'est simple et rapide, il vous suffit de remplir un formulaire en donnant quelques informations sur votre véhicule et votre profil. Vous allez obtenir des devis de différentes compagnies d'assurance pour prendre le temps de comparer et de trouver le meilleur rapport qualité/prix.